Marc-André Barriault a réglé le cas de Brendan Kornberger dès le deuxième round.

Barriault champion et bientôt marié!

Marc-André Barriault a gardé son titre de champion et gagné le cœur de sa douce, vendredi soir, au Centre Vidéotron. Après avoir vaincu Brendan Kornberger par mise hors de combat à 4 min 25 du deuxième round, le combattant en arts martiaux mixtes de Québec a demandé sa chérie en mariage en plein milieu de l’octogone.

Lui avait la ceinture, elle, Jade Masson-Wong, la bague au doigt. Les deux venaient de vivre un gala TKO 43 incroyable. Les deux venaient de gagner leur combat. Les deux brillaient, et pas juste du métal de leur bijou respectif.

«Je n’avais pas assez de pression, je m’en suis ajouté!» a lancé un Barriault presque calme, après sa spectaculaire victoire décrochée devant un Centre Vidéotron en configuration réduite où 4312 spectateurs ont pris place.

Scénario parfait pour le chouchou local, dans sa ville, pour un titre et dans ce qui semble être son dernier combat avant d’accéder à l’Ultimate Fighting Championship (UFC), ligue majeure des arts martiaux mixtes. Son prochain combat aurait lieu dans le cadre du UFC Fight Night de Calgary, le 28 juillet.

«Vous l’avez entendu toute la semaine, je suis le meilleur au pays et le meilleur poids moyen au monde à ne pas être dans l’UFC. Je suis fait pour ça, je veux le vivre», a indiqué celui qui a entendu la foule scander «Barriault, Barriault» et «UFC, UFC» à plusieurs reprises.

Favori dans son duel contre le Vancouvérois Kornberger (9-4), Barriault (10-1) a réussi sa première défense de ceinture des 185 livres avec panache. Son uppercut a été dévastateur et l’aspirant n’a pas été en mesure d’allonger l’affrontement prévu pour cinq rounds de cinq minutes.

Encore après le combat comme dans les jours précédents, Barriault a parlé de l’arène clôturée comme d’un endroit où il peut s’exprimer au maximum. Lui qui dans la vie est un gentil cuisinier dans les hôpitaux de Québec, propre et poli. «Je me suis laissé aller et voilà le résultat!  [Kornberger] avançait bien, il frappait fort, mais j’attendais juste de pouvoir placer mon coup», a-t-il résumé.

Pour les intéressés, la demande en mariage s’avérait une surprise complète pour madame, qui a au passage traité son amoureux de «malade». Et elle a dit oui!

De retour en septembre

Retour dans l’octogone de Jonathan Meunier (9-1), de Loretteville, qui ne s’était pas produit depuis un an et demi. L’ancien de l’UFC, qui l’a récemment exclu pour des raisons médicales, a vaincu Menad Abella (5-1) dans un duel sans éclat.

Trois combattants locaux ont savouré leur première victoire chez les pros obtenue par décision des juges, soit Masson-Wong (1-0), Dany Mallette (1-0) et Samuel Moisan (1-1). Joé Patry (0-1), Olivier Nadaud (0-2), Samuel Giguère (0-1) et Stéphane Lavoie (0-2) attendront pour leur part encore, s’étant inclinés par soumission.

Adam Dyczka (7-0), de Granby, Alex Morgan (8-3), de Blainville, le champion TKO poids coq Jesse Arnett (15-4), de l’Alberta, et la Polonaise Sylwia Juskiewicz (9-5) ont aussi gagné.

Mention spéciale à la victime d’Arnett. Le Péruvien de 19 ans établi au New Jersey Sebastien Ruiz (3-1) a gagné le respect de la foule en résistant à plusieurs tentatives d’étranglement de la part du spécialiste de 33 ans, avant de succomber à la fin du deuxième round. Dire que Ruiz a accepté ce combat à une semaine d’avis!

TKO a déjà annoncé son retour à Québec le 21 septembre, encore au Centre Vidéotron.