Jason Lauzon-Séguin ne souhaite pas être le sixième joueur de ligne de l’équipe. «Ça ne m’intéresse pas», a-t-il déclaré.

Avenir incertain pour Lauzon-Séguin avec le Rouge et Noir

Une décision déchirante attend Jason Lauzon-Séguin dans les prochaines semaines.

Le joueur franco-ontarien pourrait se résigner à quitter le Rouge et Noir, l’équipe qui l’a repêché en première ronde en 2016. La formation au sein de laquelle il a été partant pendant la majorité de ses trois premières saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Surtout, c’est le club de son patelin, lui qui a grandi non loin de Hawkesbury.

Son contrat viendra à échéance tôt en février. Le directeur général Marcel Desjardins lui a déjà soumis une offre pour un nouveau pacte, la semaine dernière.

Mais Lauzon-Séguin n’est pas pressé de dire oui.

« J’ai été honnête avec Marcel quand je l’ai rencontré. Je ne veux pas quitter Ottawa. Mais en même temps, les carrières ne sont pas longues dans cette ligue. Je ne veux pas perdre une saison en étant le sixième joueur de ligne de l’équipe. Ça ne m’intéresse pas. »

Lauzon-Séguin a perdu son poste de bloqueur partant à la mi-octobre au profit du joueur dominicain Josue Matias. Il a dû se contenter d’un rôle de réserviste au match de la Coupe Grey.

Une rétrogradation qui a été difficile à accepter pour le joueur qui avait dû combattre des bobos durant la saison.

« Si ça ne change pas, ce sera une des raisons pourquoi j’irais ailleurs... pour redevenir partant », a soutenu le gaillard de 6’4’’ et 300 livres.

Ce dernier estime avoir fait ses preuves depuis ses débuts dans la LCF.

« Absolument. J’ai démontré que j’étais un bon joueur de football, que je suis polyvalent. J’ai de bons arguments. J’ai été nommé la recrue de l’année dans la division Est. À ma deuxième année, j’ai été nommé sur l’équipe d’étoiles en tant que bloqueur. »

Lauzon-Séguin dit que son patron a formulé le souhait de le revoir à la Place TD en 2019. Il lui a aussi parlé de la possibilité d’être muté en garde, une position à laquelle l’athlète âgé de 28 ans a déjà évolué dans les rangs universitaires à Québec.

« On a effleuré le sujet. On m’a dit que c’était encore une possibilité que l’équipe mise sur quatre joueurs canadiens au sein de la ligne offensive. »

Le Rouge et Noir se retrouve avec un casse-tête entre les mains en ce moment. Deux de ses partants au sein de la ligne offensive, le Canadien Nolan MacMillan et l’Américain SirVincent Rogers, peuvent devenir joueur autonome en février.

Leur retour aurait un impact direct sur l’utilisation future de Lauzon-Séguin.

« [La saison morte] est pas mal jeune. Rien n’est coulé dans le béton », a rappelé le principal intéressé.

Son agent prépare une contre-offre à la récente proposition du Rouge et Noir. Il a aussi déjà discuté avec lui de ses préférences s’il devait jouer ailleurs la saison prochaine.

Jason Lauzon-Séguin n’est pas le seul joueur qui a reçu une ébauche d’un nouveau pacte dans les derniers jours. Ottawa espère régler quelques autres dossiers d’ici la pause du temps des Fêtes.

Desjardins a déjà prolongé les contrats de deux jeunes vétérans québécois, il y a une dizaine de jours.

Le maraudeur Antoine Pruneau et le centre-arrière Jean-Christophe Beaulieu, se sont engagés respectivement pour trois et deux autres années dans la capitale nationale.

Parmi les gros noms à la recherche d’une nouvelle entente, on retrouve notamment le quart-arrière Trevor Harris de même que le receveur Greg Ellingson, le porteur de ballon William Powell, le secondeur Kyries Hebert et le demi défensif Rico Murray.