L’entraîneur-chef Tim Hunter entend bâtir l’une des formations les plus rapides jamais alignées par le Canada.

Avec Tim Hunter, Équipe Canada junior mise avant tout sur la rapidité

COLWOOD, C.-B. — L’entraîneur-chef d’Équipe Canada junior, Tim Hunter, a un message de grande importance pour sa formation alors qu’elle amorce sa préparation en vue du Championnat mondial junior : vitesse, et encore plus de vitesse.

Mardi, Hunter a fait part de son intention d’assembler une équipe qui jouera à la vitesse maximale pendant 60 minutes. «Notre marque de commerce, et la façon dont nous allons jouer, notre identité, ce sera de la rapidité. La vitesse, avec ou sans la rondelle, et nous allons essayer de devenir l’une des équipes les plus rapides que le Canada a eues jusqu’à présent.»

Le Canada, qui se portera à la défense du titre acquis en janvier à Buffalo, a tenu une première séance d’entraînement. Hunter, l’entraîneur des Warriors de Moose Jaw (Ligue de hockey de l’Ouest) et un ancien joueur de la LNH, a mené un entraînement où tous les exercices étaient axés sur le patinage à haute vitesse.

Il a souligné qu’il se sentait choyé d’avoir une équipe avec six trios de bon calibre, six paires de défenseurs élites et trois gardiens de but vedettes. «C’était une rencontre d’athlétisme ici aujourd’hui. C’était rapide et c’est de la façon dont nous allons jouer. C’est excitant.»

Hunter a raconté que le premier entraînement a donné la chance aux joueurs d’apprendre à se connaître et a permis de flairer ce qui sera attendu d’eux. «L’un des principaux mots-clés du hockey d’aujourd’hui c’est la rapidité», a insisté Hunter. «Il y a plusieurs façons d’y parvenir et ce n’est pas seulement en ayant un coup de patin rapide. C’est d’être rapide dans tous les aspects du jeu.»

34 joueurs invités

En tout, 34 joueurs ont été invités au camp d’entraînement. D’ici samedi, les dirigeants de l’équipe devront en retrancher 12.

Seulement deux joueurs sont de retour après avoir remporté la médaille d’or en 2018. Il s’agit du Québécois Maxime Comtois, qui a récolté sept points en dix matchs avec les Ducks d’Anaheim avant d’être retourné aux Voltigeurs de Drummondville le 24 novembre, et Alex Formenton, un porte-­couleurs des Knights de London qui a amorcé la saison avec les Sénateurs d’Ottawa.

Hunter a affirmé qu’il était trop tôt pour avoir une date précise quant au dévoilement de la formation finale. «La décision ne sera pas facile à prendre lorsque nous allons annoncer les coupures. Nous voulons que ce soit des décisions difficiles.»

Le camp réunit sept joueurs issus de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, dont l’attaquant prodige Alexis Lafrenière (Océanic de Rimouski), qui n’est pas admissible au repêchage de la Ligue nationale avant 2020. Deux membres de l’organisation du Canadien de Montréal ont également été invités : le centre Nick Suzuki, obtenu dans l’échange qui a envoyé Max Pacioretty à Las Vegas, et le défenseur Josh Brook.

L’équipe canadienne disputera son premier match préparatoire mercredi face à une équipe composée des meilleurs joueurs du hockey universitaire.