Jonathan Audy-Marchessault s'est porté acquéreur de cette maison centenaire de Lac-Beauport au coût de 2 millions $.

Audy-Marchessault achète une maison de 2 millions $ à Lac-Beauport pour la démolir

Le joueur de hockey québécois Jonathan Audy-Marchessault, des Golden Knights de Las Vegas dans la Ligue nationale de hockey (LNH), s'est porté acquéreur d'une maison centenaire de Lac-Beauport au coût de 2 millions $ dans le but... de la démolir.

Selon le registre foncier du Québec, la transaction a été officialisée en septembre dernier. L'athlète et sa conjointe sont devenus officiellement propriétaires de la luxueuse résidence et surtout de son terrain de 4150 mètres carrés qui borde le lac Beauport.

Les acheteurs avaient toutefois d'autres plans pour l'imposante demeure construite en 1918, soit de la raser pour y ériger une toute nouvelle maison, avaient d'abord rapporté des médias de Québecor.

Selon la plus récente évaluation municipale, la valeur actuelle de l'immeuble de deux étages de quelque 600 mètres carrés chacun et de son terrain s'élève à un peu plus de 1,9 million $.

Le maire de Lac-Beauport confirme qu'un permis de démolition correspondant à cette adresse a été accordé.

Michel Beaulieu dit trouver «spécial» de voir démolir une si belle propriété, mais que la demande respectait en tous points la réglementation municipale.

«Il n'y a pas eu de débat, mais ça crée toujours un petit malaise de voir une si belle propriété être mise à terre», a commenté le maire en précisant que la municipalité avait l'obligation d'émettre le permis.

Il semblerait que les jeunes propriétaires souhaitent rebâtir à neuf. D'après le registre foncier, une hypothèque de 5 millions $ est liée à la propriété.

«J'ai vu une esquisse de ce que ces gens-là s'apprêtent à faire et c'est carrément en harmonie avec le Lac-Beauport. Ça ressemble un peu au style de propriété qui était là», affirme le courtier immobilier qui a procédé à la transaction, Marc Bonenfant.

«Ce que j'ai entendu, c'est que la rénovation était complexe compte tenu de l'âge de la maison», rapporte le maire Beaulieu.

Selon Marc Bonenfant, propriétaire du bureau Royal Lepage de Stoneham, le bâtiment actuel est en très bon état, mais peut-être pas tout à fait au goût du jour pour une jeune famille.

«Ils ont sûrement envisagé la possibilité de rénover. Ce sont des gens qui étaient très sérieux dans leur démarche. Ils sont venus avec architecte, ingénieur et ainsi de suite, mais souvent rénover coûte plus cher que construire», explique M. Bonenfant.

Phénomène de plus en plus courant

Selon le maire Beaulieu, le phénomène est de plus en plus courant à Lac-Beauport. De nombreux chalets ont fait place à des propriétés luxueuses, alors que les terrains se font rares.

Une observation que confirme le courtier immobilier Marc Bonenfant. «Il y a énormément d'acheteurs présentement qui recherchent un plan d'eau à Québec et surtout des lacs navigables», dit-il.

Si la situation peut paraître malheureuse pour certains citoyens, le maire reconnaît que les droits de mutation, les permis de construction et la hausse des valeurs permettent à la municipalité de récolter des revenus intéressants.

+

  • Année de construction: 1918
  • Prix de vente: 2 millions $
  • Nombre de pièces: 24
  • Particularités: cigar room, loft de 1200 pieds carrés, terrasse de 100 pieds
  • Cases de stationnement: 17