Taylor Hall, qui a récolté 93 points en 75 rencontres cette saison, est le principal responsable de la surprenante saison des Devils du New Jersey, faisant de lui l’un des nombreux candidats à l’obtention du trophée Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe.

Aucun favori net dans la course au trophée Hart

Taylor Hall venait tout juste de marquer deux buts de plus dans une autre victoire importante des Devils du New Jersey quand son directeur général lui a posé une question anodine. «Je lui ai dit : “Taylor, qu’as-tu obtenu ce soir?” s’est rappelé Ray Shero. «Et il m’a répondu : “Nous avons obtenu deux points et c’est tout”. Il souriait. Je savais qu’il n’allait pas me répondre deux buts. Je le savais.»

C’est ce que Shero voulait entendre de l’acteur principal du virage à 180 degrés des Devils, qui sont passés de candidats à l’obtention du premier choix au total à équipe qui lutte pour une place en séries. Hall est sans l’ombre d’un doute le joueur par excellence des Devils. Mais il fait partie d’une liste d’une bonne dizaine de candidats pouvant aspirer à mettre la main sur le titre de joueur par excellence du circuit.

La course au trophée Hart est l’une des plus serrées, complexes et subjectives des dernières années. Si les Devils ne seraient pas dans la course sans Hall, on peut dire la même chose de Nathan MacKinnon (Colorado), de Claude Giroux (Philadelphie) et d’Alex Ovechkin (Washington).

Ovechkin joue en moyenne 20 minutes par match et a marqué 18,7 % des buts des Caps. Il mène la ligue avec 46 buts et n’a pas raté une seule rencontre. «Où en serions-nous sans lui? Je ne sais pas», reconnaît T.J. Oshie au sujet de son coéquipier.

Plus que les points

Les Flyers peuvent dire la même chose au sujet de Giroux. Son brio en attaque et en défense a transporté son équipe. Ses 97 points — une marque personnelle — le placent actuellement au troisième rang, derrière Connor McDavid et Nikita Kucherov (deux autres candidats au Hart). Il a remporté 58,6 % de ses mises en jeu et il mène l’avantage numérique et le désavantage numérique des Flyers, qui ont eu recours à quatre gardiens cette saison.

«Quand vous analysez ce que ça prend pour gagner ce trophée, il y a davantage que les points et “G” [Giroux] fait bien plus que de récolter des points pour nous», a indiqué l’entraîneur-chef Dave Hakstol.

À Los Angeles, on ne jure que par Anze Kopitar, qui mène les attaquants de la LNH pour le temps de jeu, vient au cinquième rang des marqueurs et est en voie de ramener les Kings en séries. «Quand on regarde cette course et l’importance d’un joueur pour son club, je pense que “Kopi“ a une longueur d’avance sur tous les autres, puisqu’il a passé une grande partie de la saison sans l’appui de notre deuxième centre Jeff Carter», a souligné son dg Rob Blake.

Compte tenu des succès du Lightning, des Bruins, des Penguins, des Predators et des Jets, il est difficile d’écarter Kucherov, Steven Stamkos, Brad Marchand, Pekka Rinne et Blake Wheeler. Ils pourraient être considérés, tout comme William Karlsson (Vegas) ou Artemi Panarin (Columbus).