Félix-Antoine Lapointe, entraîneur-chef de l’équipe du Québec et de celle de cross-country de l’Université Laval
Félix-Antoine Lapointe, entraîneur-chef de l’équipe du Québec et de celle de cross-country de l’Université Laval

Athlétisme: une première étape motivante

Entraîneur-chef de l’équipe du Québec et de celle de cross-country de l’Université Laval, Félix-Antoine Lapointe se réjouissait à l’idée que la pratique de l’athlétisme soit incluse dans cette première phase de déconfinement sportif.

«Il s’agit d’une première étape qui va motiver tout le monde. Les coureurs n’ont jamais cessé de s’entraîner, ils pouvaient le faire des les rues, mais juste de savoir qu’ils pourront le faire sur des pistes d’athlétisme, ça vient leur donner un second souffle», disait-il à la suite de l’annonce.

Selon les directives émises, mercredi, il lui sera encore interdit de tenir des séances supervisées d’entraînement avec un groupe d’athlètes puisque la pratique devra se faire de façon individuelle ou à deux.

Jeudi, la ministre déléguée de l’Éducation, Isabelle Charest, discutera avec les directions des différentes fédérations avec de parler un peu plus dans le détail de la marche à suivre.

À LIRE AUSSI: Les activités sportives extérieures se déconfinent; les parcs nationaux rouvrent

«Ce n’est pas un retour à 100%, mais nous avons plusieurs raisons de nous réjouir. L’athlétisme est l’un des sports qui pourront reprendre le plus vite. Contrairement à des sports d’équipe, il nous sera possible d’adapter chaque épreuve pour respecter les règles de distanciation physique entre les individus. Par exemple, les épreuves de sprint pourraient se faire avec un couloir vide entre chaque coureur ; pour les épreuves de lancer, chaque athlète pourrait avoir son marteau, poids, etc., et aller le chercher après chaque essai. Le scénario le plus optimiste serait peut-être de tenir des compétitions, en septembre», espérait-il à voix haute.

Pour l’instant, Lapointe poursuivra sa méthode d’entraînement à distance en fournissant un programme détaillé à chaque athlète qu’il dirige. Il espère pouvoir le faire en leur présence, tout en respectant une distance de deux mètres et plus.