Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Il y a un an, Jean-Simon Desgagnés n’aurait pas vécu une telle expérience, mais le report des Jeux olympiques de Tokyo de 2020 à 2021 a changé sa trajectoire.
Il y a un an, Jean-Simon Desgagnés n’aurait pas vécu une telle expérience, mais le report des Jeux olympiques de Tokyo de 2020 à 2021 a changé sa trajectoire.

Athlétisme: Jean-Simon Desgagnés fait ses débuts en Diamond League

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
En quête de sa sélection olympique au 3000 m steeple, Jean-Simon Desgagnés participera à la compétition la plus relevée de sa carrière, jeudi à Florence, en Italie, alors qu’il vivra sa première expérience en Diamond League, réputé circuit international d’athlétisme. Et pour l’occasion, il sera sur la même ligne de départ que le champion olympique en titre de la distance!

«Il s’agit de la plus grosse compétition de ma carrière», confirmait l’athlète de 22 ans, mercredi, de sa chambre d’hôtel de Florence, près de l’Asics Marathon Stadium di Firenze, où il tentera de courir sous la barre des huit minutes et 22 secondes.

Un tel chrono lui permettrait d’obtenir le standard olympique et le propulserait du coup aux Jeux de Tokyo. Pour l’atteindre, il doit retrancher tout près de trois secondes sur son meilleur temps à vie de 8:24.40 réalisé le 29 mai, à Portland, en Oregon.

«La Diamond League, c’est un peu comme une Coupe du monde, même plus fort encore. Je suis content d’être ici et je n’ai pas l’impression d’arriver comme un imposteur. Je ne serai pas le plus vite de la course, mais je ne serai pas non plus le plus lent, je pense être dans le deuxième tiers du groupe», racontait l’étudiant en médecine à l’Université Laval.

En l’espace de quelques semaines, Desgagnés a fait la démonstration qu’il avait la forme pour améliorer ses temps. Il en aura bien besoin, puisque la liste des inscrits est relevée.

On y retrouve notamment le Kényan Conseslus Kipruto, médaillé d’or aux Jeux de 2016, à Rio, et l’actuel meneur du classement mondial, le Marocain Soufiane El Bakkali.

«Je ne vais pas essayer de rivaliser avec ceux qui peuvent courir sous les huit minutes, mais il y a pas mal de gars qui le feront entre 8:15 et 8:25, ce seront eux mes points de référence. Dans le fond, on pourrait dire qu’il y aura deux courses en une, et dans la mienne, je veux en profiter pour m’accrocher et suivre le train.»

Il veut notamment améliorer sa vitesse en milieu de course, sachant qu’il a récemment connu de bons départs et terminé avec force.


« Le standard olympique est un objectif réaliste et de la façon dont j’ai couru cette saison, je suis capable d’aller chercher les deux ou trois secondes qui me manquent »
Jean-Simon Desgagnés

Il y a un an, l’athlète de Québec n’aurait pas vécu une telle expérience, mais le report des Jeux olympiques de Tokyo de 2020 à 2021 a changé sa trajectoire.

«Il y a un an, je n’avais pas la vitesse pour être ici, mais aujourd’hui, je pense être à un niveau pour courir avec ces gars-là», ajoutait celui qui fêterait son anniversaire de naissance pendant les Jeux, s’il parvient à y aller.

Desgagnés pourrait bien faire l’impasse sur les Championnats canadiens, à la fin du mois de juin, afin de s’en taper une autre à Lyon, en France, à la place.

«Le chemin le plus facile pour aller aux Jeux, c’est en réalisant le standard. Sinon, il faudrait amasser beaucoup de points au classement et il reste moins de courses avec de gros bonus pour y parvenir. Notre réflexion est basée sur le fait qu’aux essais canadiens, ça pourrait être difficile de faire un bon temps tout seul. Présentement, on change d’idée chaque jour, et s’il n’y avait pas de quarantaine à faire, on ne se posera pas la question, on serait à Lyon et on reviendrait au Québec dès le lendemain pour les essais.»