Près d’un an après une grave blessure à la moelle épinière, Robert Wickens (qui discute avec un fan sur la photo) sera de nouveau au voant d’une voiture dimanche avant le Honda Indy de Toronto.

Après l'horreur, un tour d'honneur pour Robert Wickens

TORONTO — Robert Wickens a entamé sa rééducation à la suite d’une grave blessure à la moelle épinière avec des objectifs très audacieux. Il veut danser lors de son mariage, marcher sans qu’il ait l’air d’avoir déjà perdu l’usage de ses jambes et, bien sûr, piloter de nouveau une monoplace.

Près d’un an après avoir subi une blessure très grave pendant une course de la série IndyCar, Wickens sera de nouveau au volant d’une voiture sur une piste de course. Il effectuera un tour d’honneur dimanche avant le Honda Indy de Toronto à bord d’une voiture Acura NSX spécialement modifiée pour qu’il puisse la piloter avec ses mains.

Ces changements ont été effectués par le préparateur Arrow, le commanditaire de l’équipe Arrow Schmidt Peterson Motorsports pour laquelle Wickens pilotait l’an dernier. En 2014, Arrow avait préparé une voiture spéciale semi-autonome (SAM) qui avait permis au propriétaire de l’écurie Schmidt, qui est paralysé du cou jusqu’aux pieds, de reprendre le volant.

Wickens a donné ses premiers coups de volant autour du parc des expositions de Toronto plus tôt cette semaine, lors d’une séance d’essais.

«Je ne dirais pas ce que ça m’a procuré une bonne dose de confiance, parce que je n’ai jamais cru un instant que j’avais oublié comment piloter, a commenté Wickens à l’Associated Press. Ç’a évidemment été une journée chargée en émotions, de retrouver cette sensation de liberté et d’indépendance. Ç’a prendra du temps avant que je sois assez confortable pour piloter avec les manettes au volant, mais le fait d’être de retour dans une voiture m’a procuré une bonne dose de motivation pour continuer à m’améliorer.»

Les pourparlers ont commencé au cours de l’hiver entre Wickens et Arrow, qui a développé la technologie pour assister la conduite du pilote mais pas s’y substituer — une nuance importante entre l’indépendance et l’automatisation. Arrow a souligné que la voiture SAM avait permis à Schmidt de piloter dans les Rocheuses du Colorado, lors d’une course promotionnelle sur l’Indianapolis Motor Speedway et même d’atteindre 305 km/h sur le tarmac de la base militaire Nellis au Nevada — un record de vitesse pour une voiture semi-autonome.

«Gagnant-Gagnant»

Honda, le commanditaire principal de la course dimanche à Toronto, s’est joint au projet en mars après avoir rencontré Wickens et Arrow lors de la première course de la saison en IndyCar. Le manufacturier japonais leur a procuré l’Acura NSX. «Ça m’a pris un peu de temps pour tout comprendre, a admis Wickens à l’AP. Pour être franc, ce ne sont pas encore des réflexes conditionnés. Ce n’est que la première de nombreuses étapes pour maîtriser les modifications apportées à la voiture. Ce qu’Arrow est parvenu à accomplir en si peu de temps est remarquable, et ça m’a permis de piloter de nouveau. Donc c’est une situation gagnant-gagnant.»

Wickens a grandi à Guelph, à l’ouest de Toronto, et la course de ce week-end a lieu, en quelque sorte, dans sa cour. Il avait terminé sur la troisième marche du podium l’an dernier — l’un de ses cinq podiums au cours d’une saison recrue remarquable qui a été écourtée après six tours lors de sa 14e épreuve de la campagne.

Le Canadien pilotait à Pocono en Pennsylvanie lorsqu’il a accroché la voiture d’un adversaire, propulsant son bolide contre la barrière de sécurité.

En conséquence, il a été paralysé de la taille aux pieds, en plus d’avoir subi une fracture thoracique à la colonne vertébrale, une autre au cou, ainsi que plusieurs autres aux tibias et aux péronés des deux jambes. Wickens a aussi été quitte pour quatre fractures aux côtes et une contusion pulmonaire.

Lors de son tour d’honneur devant ses partisans, Wickens sera accompagné de sa fiancée Karli Woods dans le siège du passager.