«Bianca est une inspiration pour tous les Canadiens, mais particulièrement pour les jeunes Canadiens, car elle a montré que les jeunes peuvent faire tout ce à quoi ils aspirent», a exulté lors du rassemblement le premier ministre Justin Trudeau, en campagne électorale pour un deuxième mandat.

Andreescu célébrée dans sa ville natale

La Canadienne Bianca Andreescu, qui a remporté les Internationaux des États-Unis face à Serena Williams, a été honorée dimanche lors d’un rassemblement dans sa ville natale en Ontario.

«Je suis vraiment bénie», a lâché la joueuse de 19 ans, tout sourire, en prenant la parole lors du rassemblement organisé pour souligner sa victoire.

«Je n’y suis pas arrivée du jour au lendemain. Il y a eu beaucoup de travail acharné et de sueur, beaucoup de difficultés», a-t-elle confié.

«Si je peux le faire, si Serena (Williams) peut le faire, si Roger (Federer) peut le faire, si les Raptors peuvent le faire, alors vous aussi», a-t-elle clamé à la foule de plusieurs centaines de personnes.

La clé de sa ville natale, Mississauga, située en banlieue de Toronto, lui a été remise par la mairesse et une rue va être renommée en son nom.

«Bianca est une inspiration pour tous les Canadiens, mais particulièrement pour les jeunes Canadiens, car elle a montré que les jeunes peuvent faire tout ce à quoi ils aspirent», a exulté lors du rassemblement le premier ministre Justin Trudeau, en campagne électorale pour un deuxième mandat.

Première Canadienne à remporter un Majeur dans l’ère moderne (depuis 1968), elle a privé par la même occasion Serena Williams d’un 24e titre record en Grand Chelem, après un match tendu sur la fin qu’elle a remporté 6-3, 7-5, plus tôt en septembre.

Grâce à cette victoire, Bianca Andreescu a été propulsée de la 200e place du classement WTA il y a un an, a atteint le top 5.

Avant la victoire de Bianca Andreescu, les Raptors de Toronto sont devenus en juin dernier la première équipe non-américaine à remporter le titre de la NBA.

Le slogan de l’équipe de basket de Toronto, «We the North» («nous le Nord») a d’ailleurs été détourné pour souligner la victoire de la joueuse devenant «She the North» («elle le Nord»).