Originaire de Québec, André Lachance a été durant 15 ans le gérant de l’équipe féminine canadienne, qu’il a menée à deux médailles d’argent et quatre médailles de bronze à la Coupe du monde de baseball féminin.

André Lachance dirigera l’équipe de baseball féminine de France

Le directeur du développement des affaires et des sports de Baseball Canada, André Lachance, sera le gérant de la première équipe de France de baseball féminin en vue des championnats d’Europe qui auront lieu à Rouen aux mois de juillet et août.

Originaire de Québec, Lachance a été durant 15 ans le gérant de l’équipe féminine canadienne, qu’il a menée à deux médailles d’argent et quatre médailles de bronze à la Coupe du monde de baseball féminin. Il s’est retiré après le bronze remporté à Viera, en Floride, face à l’équipe nationale américaine l’an dernier.

«Après 15 années, j’ai décidé de reculer un peu et de me concentrer seulement sur mon rôle de directeur général de l’équipe canadienne. Mais cette année, il n’y a pas de championnat du monde, il n’y a que les qualifications, alors je pouvais me permettre d’accepter un mandat comme celui de l’équipe de France», a-t-il expliqué au Soleil.

Le directeur technique national de la Fédération française de baseball et de softball, Stephen Lesfargues, a salué la venue de Lachance à la tête de l’équipe nationale. «Son leadership, sa culture du jeu ainsi que son expérience constituent des qualités essentielles pour le développement du baseball féminin en France et en Europe. Je suis certain qu’il saura relever ce défi et mettre notre équipe nationale sur de bons rails», a-t-il affirmé dans un communiqué de presse.

Premier camp

Lachance s’est rendu une première fois à Montigny-le-Bretonneux en janvier pour le premier camp de détection organisé par la Fédération française de baseball et de softball. Un nouveau camp de sélection aura lieu le 25 mai à la Grande Motte et les noms des joueuses qui formeront l’équipe de France seront dévoilés au mois de juin.

C’est que comme pour l’équipe féminine canadienne à l’époque, l’organisation démarre avec une page blanche. «C’est quelque chose que j’aime beaucoup, le fait de partir de zéro. Il faut faire le tour, découvrir. Au premier camp que nous avons tenu en janvier, 40 filles se sont présentées et il y avait du talent. C’est surprenant à quel point certaines se sont déjà démarquées. Il y a des athlètes qui pratiquaient le softball qui se sont montrées intéressées par le baseball», poursuit-il.

Lachance se dit très heureux de voir le baseball féminin se développer de plus en plus à travers le monde, l’équipe nationale du Japon occupant toujours la première place devant le Canada, Taiwan, les États-Unis, le Vénézuéla et l’Australie. La France a choisi de former sa première équipe féminine pour participer aux premiers championnats d’Europe de baseball féminin qui serviront de qualification pour la Coupe du monde de 2020. «Ce n’est plus comme avant où il n’y avait que les Pays-Bas, en Europe, qui présentaient une équipe féminine. Il y a d’autres pays comme la France, l’Italie, la République tchèque où le baseball féminin prend de l’expansion», poursuit André Lachance. 

Été chargé

André Lachance aura donc un été bien chargé avec son travail pour Baseball Canada et ses fonctions avec l’équipe de France, où il voyagera de nouveau en juillet. Baseball Canada s’affaire d’ailleurs à développer une nouvelle discipline du baseball, le baseball5, un sport que la Fédération mondiale de baseball et de softball souhaite mettre de l’avant depuis quelques années. Comme le futsal pour le soccer, le baseball5 est présenté comme «une version urbaine du Baseball/Softball qui peut se jouer partout et qui oppose des équipes de cinq joueurs pendant cinq manches». 

Le sport qui est né à Cuba se dispute sans lanceur et sans bâton et les joueurs mettent la balle en jeu avec leur main. «C’est très intéressant comme concept pour démocratiser le sport puisque tu n’as presque pas besoin d’équipement et que tout le monde peut y jouer», explique André Lachance, qui voit cette discipline comme une porte d’entrée pour implanter le baseball dans des territoires où il n’est pas encore présent.