À 32 ans, après avoir trimé dur pendant 10 saisons dans la ligue de développement de la NBA, Andre Ingram (à droite) a enfin eu la chance, mardi soir, de disputer son premier match dans la grande ligue.

Andre Ingram, la recrue grisonnante

LOS ANGELES — Chris Paul, des Rockets de Houston, a chaleureusement fait l’accolade à Andre Ingram lorsque les deux gardes de 32 ans se sont rencontrés à la table des officiels mineurs du court du Staples Center. Même s’ils ne sont nés qu’à six mois d’écart, le premier disputait mardi son 892e match de saison régulière dans la NBA tandis qu’Ingram participait à... son premier.

«Je lui ai dit que je connaissais son histoire, et que sa détermination est incroyable», a confié Paul. «Je lui ai dit à quel point je le respecte. Vous savez, s’accrocher pendant 10 ans dans G League [la ligue de développement de la NBA] et enfin obtenir sa chance, c’est vraiment spécial.».

Attendant depuis longtemps cet instant, Ingram n’a pas raté son rendez-vous, lui qui a inscrit 19 points à son premier match avec les Lakers, devenant ainsi le plus vieux joueur à inscrire au moins 15 points à ses débuts dans la NBA. Jusque là, la marque était détenue par Dino Radja (Boston), qui était âgé de 26 ans lorsqu’il avait inscrit 15 points, le 5 novembre 1993.

Malheureusement, les 19 points d’Ingram sont survenus dans une cause perdante, Houston, mené par les 22 points de Paul, remportant le match 105-99. 

Même si les Rockets tournent à fond de train depuis plus d’un mois — ils ont remporté 31 de leurs 34 dernières rencontres — c’est quand même Ingram qui a retenu toute l’attention, lui qui a réussi quatre paniers de trois points pendant la rencontre.

D’ailleurs, la vedette de la soirée n’est pas près d’oublier ce moment. 

«Dès que je suis arrivé sur le court pour l’échauffement, j’ai senti qu’il y avait de l’électricité dans l’air. C’était fantastique. La foule, les lumières, c’était un moment unique. C’était fantastique», a expliqué Ingram aux journalistes en arborant un grand sourire.

Un cadeau

Les Lakers ont en quelque sorte fait un cadeau à Ingram, le rappellant de leur filiale de South Bay pour disputer les deux dernières rencontres d’une autre saison difficile (les Lakers présentaient un dossier de 34-47 avant leur dernier match, mercredi soir, contre les Clippers). Le meneur en carrière pour les paniers de trois points dans la G League a d’ailleurs réussi son premier essai pour trois points.

«Je n’y ai pas trop pensé quand est venu le moment de lancer», raconte Ingram. «Mais c’était une belle sensation de voir le ballon entrer dans le panier.»

Puis, à mesure que la rencontre a progressé, la réaction de la foule est passée des applaudissements charitables aux cris de joie, certains spectateurs scandant même «M-V-P!», ce qui a bien sûr fait sourire la vénérable recrue. 

«Avec le match qu’il a connu, on peut dire que ç’a été une soirée de rêve pour lui», a déclaré le centre des Lakers, Brook Lopez. «Son histoire est inspirante. Et il mérite sa place ici.»

«On peut dire que sa performance, c’est l’apologie du dur labeur, c’est une leçon qui nous rappelle qu’il ne faut jamais abandonner», ajoute Julius Randle.