Amélie Kretz en sera à sa première participation au Triathlon international de Montréal.

Amélie Kretz souhaite bien faire devant les siens à Montréal

MONTRÉAL — Tout juste rentrée d’Edmonton où elle a participé vendredi à la septième étape des Séries mondiales, Amélie Kretz espère relancer sa saison devant les siens à la fin du mois d’août lorsqu’elle participera pour la première fois au Triathlon international de Montréal.

Kretz, 25 ans, traverse actuellement un creux de vague, elle qui a été contrainte à l’abandon à Edmonton juste avant d’entreprendre la portion course à pieds de l’épreuve.

«J’avais simplement une mauvaise journée dans le corps, a-t-elle expliqué lors d’une conversation téléphonique. Je n’avais vraiment pas de gaz dans le réservoir. Je ne comprends pas encore pourquoi. Ce sont des choses qui arrivent.

«J’avais bien commencé la saison des Coupes du monde. J’avais certes de petits détails techniques à corriger. Mais j’avais retrouvé ma confiance.»

Un virus intestinal contracté à Leeds, en Angleterre, à la mi-juin, a toutefois modifié la donne. «Trois jours avant le triathlon, nous avons disputé une épreuve à relais. Mais l’eau était sale et une trentaine d’athlètes sont tombées malades. J’ai finalement dû abandonner.»

La foule, un avantage

Kretz jure pourtant que la forme est là et elle aimerait bien démontrer ce qu’elle est capable de faire lors de l’étape montréalaise, huitième des neuf épreuves des Séries mondiales. D’autant plus que ce sera la première fois qu’elle a l’occasion de compétitionner chez elle devant parents et amis.

«C’est une belle opportunité pour tous les athlètes du Québec et du Canada de disputer une épreuve de ce niveau ici. La foule représentera un gros avantage. Je suis motivée à faire une bonne course.»

Kretz avait raté la première édition en 2016 parce qu’elle se préparait pour les Jeux olympiques de Rio. L’an dernier, elle n’avait pas réussi les critères de sélection de la fédération pour s’assurer sa présence. Cette fois, l’actuelle 47e au classement mondial de la spécialité a pris les moyens pour que rien ne l’empêche d’y participer. La meilleure Canadienne est présentement l’Ontarienne Joanna Brown, au 26e rang.

Le parcours, qu’elle juge assez sélectif, devrait lui convenir. «C’est un parcours assez exigeant. La portion en vélo est assez technique avec des côtes qui n’en donnent pas l’impression, mais qui font mal», a décrit Kretz, qui estime que sa grande force est ne pas avoir de grande faiblesse dans les trois épreuves. «Parfois, de très bons nageurs ne sont pas de bons coureurs, et vice-versa. Je dirais que personnellement je suis au même niveau dans les trois.»

En plus de la présentation des épreuves féminine et masculine, les 25 et 26 août, l’événement de cette année s’étoffe avec l’ajout de deux épreuves de course à pied — 5 et 10 km — le vendredi soir sur le site du quai Jacques-Cartier du Vieux-Port et un triathlon en équipes, le samedi matin.

L’Espagnol Javier Gomez Noya et l’Australienne Ashleigh Gentle l’avaient emporté l’an dernier.