Né dans un camp de réfugiés au Ghana, Alphonso Davies remercie régulièrement ses parents d'avoir choisi de venir s'installer au Canada.

Alphonso Davies reconnaissant envers ses parents

EDMONTON — Alphonso Davies et son ancien instructeur avec les Strikers d’Edmonton, Nick Huoseh, se parlent ou s’échangent des textos sur une base régulière après les matchs du jeune phénomène du soccer canadien avec les Whitecaps de Vancouver.

Selon Huoseh, les échanges ressemblent à ceci :

«Bon travail», lui dira Huoseh.

«Merci, mais je n’ai pas fini», lui répondra le milieu de terrain de 17 ans.

Huoseh, qui est maintenant l’agent de Davies, affirme que le jeune joueur étoile est motivé à réussir. «Il a établi son objectif, a déclaré Huoseh. Il veut se rendre jusqu’au sommet.»

Davies, qui doit participer au Match des étoiles de la MLS cette semaine à Atlanta, a posé un geste de plus dans cette direction la semaine dernière lorsque les Whitecaps ont complété un transfert avec le Bayern Munich pour la somme de 22 millions $US, un record dans l’histoire de la MLS. Il amorcera sa carrière pour la formation internationale en 2019.

L’aventure de Davies en est une de résistance, d’humilité et de détermination — avec beaucoup d’aide en cours de route.

Davies a vu le jour dans un camp de réfugiés au Ghana le 2 novembre 2000, après que ses parents eurent quitté le Liberia, aux prises avec une guerre civile.

«C’était dur, c’était dangereux. C’était dur de vivre là-bas parce que la seule manière que vous pouvez survivre, parfois, c’est en portant des armes aussi, a raconté son père, Debeah Davies, dans une vidéo produite par les Whitecaps. «Nous n’avions aucune envie de tirer des coups de feu. Alors, nous avons décidé de fuir.»

«C’était très effrayant, a ajouté sa mère, Victoria Davies. Il fallait passer par-dessus des corps pour trouver de la nourriture. La meilleure chose à faire était donc de partir.»

Selon elle, le camp de réfugiés était un endroit sûr, mais il n’y avait aucune école.

La famille Davies a pu déménager au Canada alors qu’Alphonso était âgé de cinq ans, et elle s’est éventuellement établie à Edmonton. «Il a commencé à aller à l’école, a raconté sa maman. Maintenant, sa vie s’améliore. Je loue Dieu pour cela.»

Davies, qui est devenu un citoyen canadien en juin 2017, remercie souvent ses parents pour ses succès. «Ils ont mené la famille vers un environnement sûr au Canada, un pays sécuritaire, a-t-il déclaré dans la vidéo produite par les Whitecaps. Je suis vraiment heureux qu’ils aient fait cela pour nous. C’est un grand honneur que d’être un Canadien.»

Davies ajoute que la ville d’Edmonton occupe une place importante dans sa vie. «C’est là que j’ai commencé le soccer. C’est là que j’ai joué, que je suis allé à l’école. C’est là que vivent ma famille et mes amis.»

Talent «spécial»

Davies s’est d’abord fait remarquer en jouant au sein d’un programme parascolaire, offert gratuitement aux élèves moins fortunés de troisième, quatrième, cinquième et sixième années.

Son talent a aussitôt été remarqué par Melissa Guzzo, son enseignante en sixième année. Celle-ci a communiqué avec Tim Adams, fondateur du programme, qui a été conquis. «J’ai vu Alphonso toucher au ballon une fois, et j’ai tout de suite su qu’il avait quelque chose de spécial. Il avait un don.»

Marco Bossio, un entraîneur de soccer à Edmonton, a lui aussi été invité à regarder jouer Davies. «Il y avait quelque chose de spécial chez ce garçon. Il était rapide et possédait un contrôle incroyable du ballon. Je savais qu’à cet âge, il s’agissait de quelque chose de rare.»

Davies s’est joint à l’équipe de Bossio, où il a joué pendant trois ans. Durant toutes ces années, Huoseh et Bossio ont vu Davies se développer au point de devenir un athlète extraordinaire. «Il n’y a aucun doute que Alphonso possède un talent naturel, a déclaré Bossio. Ce qui le sépare des autres, c’est son désir de travailler extrêmement fort.»