Les Stampeders ont rejoint Johnny Manziel six fois lors de la rencontre de lundi. Il s’agissait de la cinquième rencontre d’affilée où les Alouettes ont laissé leur quart se faire malmener.

Alouettes: quatre ans sans séries

La défensive des Alouettes a été excellente, mais il n’a fallu que deux possessions aux Stampeders de Calgary en fin de match, lundi, pour qu’ils se sauvent avec une victoire de 12-6, confirmant du même coup l’élimination des Montréalais pour une quatrième année consécutive.

«Ça a été l’histoire de notre saison : on a de la difficulté à protéger notre quart», a résumé le centre-arrière Patrick Lavoie. «On bouge le ballon entre les deux lignes de 30, mais marquer des points, c’est bien difficile.»

Boris Bede a d’ailleurs marqué les seuls points des Alouettes (3-12), sur des placements de 44 et 41 verges.  Les Alouettes menaient d’ailleurs 6-0 à la mi-temps, un pointage surprise face à la meilleure équipe du circuit cette saison.

Bo Levi Mitchell (20 en 34, 199 verges), dont il s’agissait de la première victoire en carrière à Montréal, a toutefois orchestré une poussée de 107 verges à la fin du troisième quart, couronnée par une course de six verges de Terry Williams après 23 secondes de jeu au quatrième.

Williams a brisé deux plaqués sur le jeu, une des rares largesses de la défensive des Alouettes au cours de cette rencontre. Les Stampeders (12-2) ont accru leur avance à quatre points dès leur possession suivante, quand Rene Paredes a réussi un botté de palcement sur 49 verges. Ils ont ajouté deux simples en fin de rencontre.

Malgré tout, les Alouettes ont été dans le coup jusqu’au tout dernier jeu, alors qu’une passe miracle dans la zone des buts auraient pu leur permettre de se sauver avec une victoire surprise. Johnny Manziel a toutefois été rejoint derrière sa ligne de mêlée pour la sixième fois de la rencontre.

C’est  la cinquième rencontre d’affilée que les quarts des Alouettes sont rejoints derrière leur ligne de mêlée cinq fois ou plus. «Nous avons éprouvé bien du mal en protection de passe», a reconnu l’entraîneur-chef Mike Sherman. «D’autres fois, Johnny aurait dû se débarrasser du ballon plus rapidement au lieu d’encaisser un sac. Ça viendra avec l’expérience.»

La défense des Alouettes a réussi trois interceptions (Chris Ackie, Branden Dozier et Dominique Ellis), en plus de rejoindre Mitchell trois fois derrière sa ligne de mêlée.  Elle n’a accordé que 278 verges nettes aux Stamps, contre 281 pour les Alouettes. Mais l’attaque des Oiseaux a manqué d’opportunisme.

Bon match pour Manziel

Pourtant, Manziel n’a pas connu un mauvais match avec ses 18 passes complétées en 29 tentatives pour 250 verges et une interception. Mais l’histoire des quatre dernières campagnes s’est répétée. L’attaque a de nouveau été incapable de produire un important touché, qui aurait pu sonner le glas des Stampeders.

«Passer près, ce n’est pas assez bon», a noté Manziel. «Quelle performance impressionnante de notre défense. C’est vraiment moche que nous n’ayons pas pu les appuyer du côté offensif pour récolter une victoire. De la façon dont ces gars ont joué, on aurait dû gagner.

«C’est un peu l’histoire de notre saison. Quand un côté va bien, l’autre ne va nulle part. Mais on perd ou en gagne en équipe. On va tenter de faire mieux dans les trois derniers matchs.»

+

LE MATCH EN 3 ESSAIS

Encore six sacs

Pour la cinquième rencontre d’affilée, les quarts des Alouettes ont été rejoints derrière leur ligne de mêlée cinq fois ou plus.

Lundi, les Stampeders ont obtenu six sacs aux dépens de Johnny Manziel, portant le total contre les Alouettes à 59 cette saison.

Spectaculaire défense

La défense des Alouettes a offert une performance phénoménale face à la meilleure formation du circuit Ambrosie.

En plus de la limiter à 12 points seulement, elle n’a accordé que 278 verges nettes aux Stamps, contre 281 pour les Alouettes.

La défense a réussi trois interceptions et autant de sacs : une grande performance, gâchée par l’incapacité de l’attaque à marquer.

Une première pour Mitchell

Bo Levi Mitchell n’avait jamais gagné une rencontre au stade Percival-Molson avant la rencontre de lundi. Il s’en est toutefois fallu de peu pour que les 16 753 spectateurs sur place n’en soient pas témoins...

Mitchell a connu un début de match exécrable et n’eût été des problèmes à l’attaque des Alouettes, il y a fort à parier que sa performance de 20 en 34 pour 199 verges et trois interceptions n’aurait pas été suffisante pour lui offrir une 30e victoire sur les pelouses adverses.

D’ailleurs, son coefficient d’efficacité de 38,7 ne ment pas : il a été mauvais.