Fernando Alonso rêve de devenir le deuxième pilote, après Graham Hill, à remporter la Triple couronne du sport automobile, c'est-à-dire gagner à Monaco, au Mans et à Indianapolis. Seule la troisième partie manque au palmarès de l'Espagnol.

Alonso quitte la F1, mais n'a pas l'intention d'arrêter de rouler

LONDRES — Le double champion du monde Fernando Alonso quittera la Formule 1 à la fin de la saison. Après quatre saisons frustrantes sans victoire ni podium avec McLaren, il se lance dans une nouvelle course : celle de la postérité.

Alonso désire plus que tout marquer l’histoire du sport automobile. Double vainqueur du Grand Prix de Monaco (2006 et 2007), l’Espagnol de 37 ans est devenu en juin le sixième pilote de l’histoire à remporter aussi les 24 Heures du Mans, après Tazio Nuvolari, Maurice Trintignant, Bruce McLaren, Jochen Rindt et Graham Hill.

Seul ce dernier, disparu dans le crash de son jet privé, est parvenu à coiffer la prestigieuse Triple couronne du sport automobile : Monaco, Le Mans et les 500 milles d’Indianapolis, objectif ultime d’Alonso. «Si je veux être le meilleur pilote au monde, il n’y a que deux options», expliquait-il l’an dernier. «Soit je gagne huit Championnats du monde de F1, un de plus que Michael Schumacher, ce qui est peu probable. Soit je gagne d’autres courses, en prouvant que je peux m’imposer dans des voitures et sur des circuits différents.»

«Nando» n’a plus gagné en F1 depuis 2013, au GP d’Espagne, sur la piste de Barcelone. Mais avant cette longue traversée du désert, il avait gagné souvent : deux titres mondiaux (2005 et 2006), 32 victoires, 97 podiums, 22 pole positions, 23 meilleurs tours.

«Voyons ce que l’avenir me réserve», a indiqué Alonso dans un communiqué. «De nouveaux défis passionnants se profilent à l’horizon. Je vis l’un des moments les plus heureux de ma vie, mais je dois continuer à explorer de nouvelles aventures.»

Zak Brown, le PDG de McLaren, l’a qualifié de pilote le plus remarquable de sa génération. «Il y a un moment où tout le monde doit faire un changement et Fernando a décidé que la fin de cette saison serait ce moment. Nous respectons sa décision, même si nous pensons qu’il est encore dans la meilleure forme de sa carrière.»

McLaren en IndyCar?

Brown a joué un rôle déterminant dans la présence d’Alonso à Indianapolis, Daytona et Le Mans. Il a soutenu la volonté d’Alonso de prendre part à des épreuves dans d’autres championnats et a donné son accord au pilote qui a raté le Grand Prix de Monaco en 2017 pour participer plutôt aux 500 milles d’Indianapolis, où il était en position de remporter la course jusqu’à une panne de moteur.

Brown est également responsable de l’arrivée possible de McLaren en IndyCar et l’équipe aurait courtisé Scott Dixon, quadruple champion de la série IndyCar, pour devenir le coéquipier d’Alonso. Dixon a annoncé lundi une prolongation de contrat pour demeurer avec l’équipe Chip Ganassi, mais il a reconnu qu’il avait également eu des discussions avec McLaren avant d’arrêter son choix. 

En attendant, Alonso va reprendre le cours de son année de forcené, avec 26 week-ends de course en F1 et en Championnat du monde d’endurance (WEC). Les vacances ont été courtes, les affaires reprennent. Il est le grand favori des Six Heures de Silverstone, dimanche dans une Toyota.