Alexandre Alain (en rouge), qui avait participé au dernier camp du Canadien comme joueur invité, assure que sa priorité pour l’instant est d’aider l’Armada de Blainville-Boisbriand à remporter la Coupe du Président.

Alexandre Alain reste concentré sur l'Armada

Il a beau venir de signer son premier contrat professionnel avec l’équipe de son enfance, le Canadien de Montréal, Alexandre Alain n’a pas encore la tête au hockey professionnel. Ces jours-ci, l’attaquant de Québec assure ne penser qu’à une chose : une Coupe du Président avec l’Armada de Blainville-Boisbriand.

«Les négociations, c’est vraiment mon agent qui s’en est occupé. Il voulait me laisser me concentrer sur ma saison et encore plus durant les séries», a confié Alain, jeudi, deux jours après l’annonce de son contrat à deux volets de trois saisons avec le Canadien. 

L’Armada étant à égalité 2-2 avec les Islanders de Charlottetown dans leur série demi-finale de la LHJMQ, difficile pour l’athlète de 6’1’’ et de 186 livres de penser à ce que la saison prochaine lui réserve avec le Rocket de Laval, dans la Ligue américaine. 

«Ça a été une grosse semaine pour moi. On joue une série très serrée et je ne peux pas me laisser déconcentrer. Mon focus est vraiment sur la Coupe du Président. On s’est rendu en finale l’an dernier et depuis le premier jour de la saison, l’objectif est de se rendre jusqu’au bout.»

La meilleure opportunité

N’empêche, Alain est «extrêmement heureux et fier» de s’être entendu avec le Canadien. «C’est l’équipe dont j’ai toujours été fan», raconte-t-il, précisant tout de même que son lien émotif envers l’organisation n’a pas motivé son choix. 

Certes, d’autres équipes avaient démontré de l’intérêt à son agent. Mais Montréal offrait «la meilleure opportunité et le meilleur fit», assure celui qui avait été invité au camp des recrues du Canadien, l’été dernier, après avoir vécu la même chose avec les Ducks et le Lightning, les deux années précédentes. 

«Même si je n’ai jamais été repêché, j’ai toujours été sur le radar des équipes de la LNH. Je pense que j’avais fait bonne impression cet été à Montréal, puis je n’étais pas très loin cette saison s’ils voulaient venir me voir jouer.»

À l’image de son ami de longue date et compagnon de trio chez l’Armada, Alex Barré-Boulet, qui a signé avec le Lightning en mars, Alain est donc récompensé pour une carrière junior durant laquelle il a constamment progressé. Après s’être fait retirer une tumeur à la moelle épinière, à 15 ans, un incident qui l’a marqué et lui a appris «que la vie ne tient à pas grand-chose», le joueur de centre avait décidé de rester avec le Blizzard du Séminaire Saint-François, dans le midget AAA, à 16 ans, pour s’assurer d’être revenu au sommet de sa forme avant de faire le saut. 

Après une récolte de 27 points à sa première saison dans la LHJMQ, Alain a porté son total à 35 et 52 points les deux suivantes, puis finalement à 44 buts et 87 points, cette année. Il a ajouté 12 buts et huit passes en 13 matchs depuis le début des séries.

Il attribue notamment cette explosion offensive à son état d’esprit en début de saison. «Comme c’était ma dernière année junior, je me suis dit que je voulais en profiter au maximum. Des fois, on oublie que c’est un jeu et qu’il faut s’amuser.»