Alex Harvey agit comme mentor pour la relève, entre autres pour Antoine Cyr et Laura Leclair, originaires de Gatineau et parmi les favoris U23 des prochaines coupes du monde, notamment celle de Québec qui se déroulera dans quelques semaines sur les plaines d’Abraham.
Alex Harvey agit comme mentor pour la relève, entre autres pour Antoine Cyr et Laura Leclair, originaires de Gatineau et parmi les favoris U23 des prochaines coupes du monde, notamment celle de Québec qui se déroulera dans quelques semaines sur les plaines d’Abraham.

Alex Harvey mentor pour la relève

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Alex Harvey a peut-être traversé de l’autre côté de la clôture, mais il demeure à la disposition des fondeurs de la relève. À l’approche des courses les plus importantes de la saison, c’est pratique de pouvoir joindre l’ancien athlète olympique par téléphone.

Antoine Cyr et Laura Lecair sont originaires de Gatineau et parmi les favoris dans la catégorie U23. Dans quelques jours, ils disputeront les épreuves finales de qualification pour les Championnats du monde et les prochaines coupes du monde, dont celle à Québec, sur les plaines d’Abraham.

«Ils sont professionnels et sont dédiés au ski de fond. Tout est orienté pour qu’ils puissent bien s’entraîner et performer. Dans les dernières années de ma carrière, je m’entraînais avec Antoine et Laura. Surtout Antoine... Il était toujours bien compétitif et bien agressif. Il était meilleur que moi dans les entraînements courts de vitesse. Il est capable de pousser et c’est le meneur de la série de coupes Canada pour l’instant. Il a un bel avenir devant lui. Il est encore à l’étape de développement où il peut s’améliorer chaque année», explique Harvey.

Antoine Cyr et Laura Leclair

Des conseils

L’ancien athlète olympique sera là pour donner des conseils sur l’équipement à choisir ou la manière d’approcher certaines portions du parcours.

Cyr revient tout juste d’Europe. Même s’il a de bonnes chances d’être sélectionné pour la suite des choses, il sait que rien n’est joué d’avance.

«Quand je suis parti de ma région pour venir m’entraîner à Québec, Alex est un peu passé d’idole à mentor. Je l’observais beaucoup. C’est plein de petites choses qu’il fait qui font la différence, et je retiens ces choses-là. Il y a plein de choses de mon quotidien que je fais que j’ai apprises de lui. D’avoir la chance de pouvoir lui parler avec un coup de téléphone, ça vaut de l’or», confie le fondeur de 21 ans.

Quant à Leclair, elle terminera sa dernière année chez les U23. Elle espère fouler de nouveau les pistes de Québec pour la Coupe du monde.

«Je suis très confiante dans mon entraînement, dans mon équipement, j’y vais le tout pour le tout et je pense que ça devrait le faire. Je l’ai fait l’année passée, et j’aimerais le refaire. L’ambiance est merveilleuse et tous nos proches sont là.»

Louis Bouchard, l’ancien entraîneur d’Alex Harvey, a maintenant Leclair et Cyr sous son aile.

«Je fais totalement confiance à Louis côté plan d’entraînement. Il a aussi coaché beaucoup d’athlètes sur l’équipe nationale, c’est tout un plus. J’aime vraiment la façon dont Alex performe sous la pression, il l’a prouvé à Québec. Comment rester calme et rendre la pression comme un motivateur. Alex va toujours rester un skieur hors pair qui va nous aider n’importe comment. On le voit moins qu’avant, mais quand il vient nous voir, on en profite», ajoute Leclair.

Pas de comparaison

«Laura et Antoine, ce sont de bons jeunes, ils se développent super bien. Ils mettent l’énergie qu’il faut», croit Louis Bouchard.

Est-ce qu’ils seront de futurs Alex Harvey? L’entraîneur ne peut pas s’avancer.

«On ne veut pas comparer les athlètes, on veut qu’ils soient eux-mêmes. Alex sera toujours un modèle, mais chaque skieur est différent, ils percent de manière différente. On ne peut pas tous prendre le chemin d’Alex pour réussir. Il y a des trucs que les jeunes prennent, mais ils vont y arriver de leur propre façon. Alex, sur le terrain, c’est l’exemple technique. Comment tu gères ton entraînement tous les jours, c’est à l’athlète de développer ça.»