Le Russe Alexander Bolshunov a remporté la poursuite de 15 km, devant Alex Harvey (à gauche) et le Suisse Dario Cologna, à Falun, en Suède.

Alex Harvey finit en beauté

Alex Harvey a terminé la saison 2017-2018 de ski de fond en beauté, dimanche matin, à Falun, en Suède. Il a même fait d’une pierre deux coups. En plus de grimper sur la deuxième marche du podium au terme de la poursuite de 15 km des finales de la Coupe du monde, il a ramené le temps le plus rapide de l’épreuve du jour.

Sa deuxième place dans le mini-tour du week-end relevait quasiment de l’exploit, puisqu’il prenait le départ en 18e place, à plus d’une minute du meneur. À la faveur d’un chrono de 34:34.3, le meilleur de la journée, Harvey a réussi à doubler tous ses compétiteurs, à l’exception du vainqueur, le Russe Alexander Bolshunov.

Il a donc monté sur deux podiums lors des présentations officielles, une première fois pour le cumulatif, et une seconde pour souligner les trois fondeurs ayant réussi les temps les plus vites du jour.

«Je le prends [le podium du meilleur temps de la journée] comme une victoire en Coupe du monde. Ça finit bien la saison. Je me suis battu contre moi-même depuis la fin des Jeux, ça vient compenser pour les trois dernières semaines, où j’ai été malade», soulignait-il, quelques minutes après son passage au fil d’arrivée.

Il s’agissait en effet d’un baume sur des dernières semaines difficiles pour Harvey, qui avait terminé au pied du podium du 50 km aux Jeux de PyongChang. Son retour en Coupe du monde a aussi été marqué par une sinusite et une baisse de régime. Samedi, il disait ne plus rien avoir dans les jambes après avoir pris le 18e rang d’un 15 km en départ de masse.

«Ce fut vraiment difficile, ces derniers temps. C’est rare d’avoir d’aussi bonnes sensations en fin de calendrier. On dirait que j’ai réussi à trouver quelque chose de spécial, aujourd’hui [dimanche], j’avais aussi de super bons skis. Mais surtout, j’étais encore motivé même si les résultats n’étaient là, dernièrement. Des courses, j’aime ça en faire. Je suis aussi très content pour toute l’équipe technique», ajoutait Harvey.

Combler l’écart

Comme les autres poursuivants de Bolshunov, reconnu pour avoir gagné l'argent au 50 km olympique, Harvey a cherché à combler l’écart dès les premiers kilomètres de la course. Non seulement a-t-il réussi, mais il a navigué dans le groupe de tête par la suite. Le Suisse Dario Cologna a terminé troisième.

«J’ai bien récupéré de l’attaque des trois premiers kilomètres, et après, il fallait juste que je sois bien positionné pour contrer une attaque dans la montée de la mort dans le dernier tour, qui est l’une des plus difficiles sur le circuit. Après, avec les skis que j’avais, j’ai pu dépasser dans la dernière descente», résumait-il à propos de la tactique employée. Ce dernier podium de la saison, son quatrième de la saison, avait de quoi le réjouir. Au fil d’arrivée, il a échangé de bons mots avec plusieurs compétiteurs.

«On s’entend très bien avec eux, mais à chaque fois qu’il n’y a pas de Norvégiens sur le podium, tout le monde est content. J’ai parlé avec Dario, avec [Martin Johnsrud] Sundby, il savait que les dernières semaines n’avaient pas été faciles.»

Prochaine saison

Ce résultat le motivera aussi pour la prochaine saison, qui sera sa dernière sur le circuit de la Coupe du monde. «Malgré la fatigue, j’ai réussi à tirer mon épingle du jeu, et ça démontre qu’il faut continuer quand ça va moins bien. Alors oui, c’est motivant, je suis encore parmi les bons skieurs au monde», ajoutait celui qui prendra sa retraite après les finales de la Coupe du monde qui auront lieu à Québec, en mars 2019.

Harvey boucle la saison au quatrième rang du classement général de la Coupe du monde dans cette saison dominée par le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo devant Cologna et Sundby. Au cumulatif en distance, le fondeur de 29 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges a aussi fini quatrième. Harvey rentre à la maison, lundi, en fin d’après-midi.

+

UN RÔLE DE MENTOR DANS UNE ÉQUIPE CANADIENNE À RENOUVELER

Un rôle de mentor attend Alex Harvey avec l’équipe canadienne pour sa dernière campagne en Coupe du monde. La prochaine fois qu’il endossera un dossard sur le circuit, il aura de nouveaux coéquipiers à ses côtés.

À part lui, tous les réguliers de l’équipe nationale ont indiqué qu’ils ne seraient pas de retour, soit Len Valjas, Graeme Killick et Knute Magnussen. Il n’y a que Devon Kershaw qui n’a pas encore affiché ses intentions.

«On va proposer à Alex ce titre de mentor pour les jeunes qui se joindront à l’équipe, ça devrait être le fun pour lui. Il sera une source de motivation et un exemple à suivre pour l’équipe qui sera reconstruite au complet», a expliqué Louis Bouchard, l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne.

Bouchard était au Championnat canadien, dimanche, quand Harvey a terminé deuxième de la poursuite. Il lui a vite envoyé un message texte pour le féliciter.

«Alex termine la saison sur une note positive, il sait qu’il peut connaître une dernière bonne saison, l’an prochain. Partir 18e d’une poursuite et finir deuxième, ce n’est pas rien. Il a clairement animé la course pour ramener le groupe en deuxième place et il a été récompensé pour ça. Il a été fidèle à son habitude en terminant la saison en force.»

Bouchard est décidé à effectuer une transition au sein de l’équipe, à l’exception de Harvey. «On n’a pas le choix de se tourner vers le développement. Il s’agira de l’année post-olympique, on doit embarquer la relève tout de suite. La majeure partie des gars s’en va, mais si l’un veut revenir, on ne pourra pas le supporter. Il faut absolument passer à autre chose, sinon on n’y arrivera pas», notait-il.

L’entraîneur se réjouissait aussi pour Cendrine Brown, 27du mini-tour de Falun, dimanche, qui est passé de la 50e à la 39e place. «Elle s’est démarquée comme meilleure Canadienne. Ça prend des signes, c’en était un.»