Alex Harvey sera le porte-parole officiel de la Coupe du monde FIS de ski de fond présentée à Québec, en mars. Il restera donc près des coureurs et agira en guise de mentor, même s’il n’enfilera pas ses skis.

Alex Harvey: de coureur à porte-parole

Sans grande surprise, Alex Harvey sera le porte-parole officiel de la Coupe du monde FIS de ski de fond qui se tiendra à Québec en mars prochain. Il ne sera pas en piste, mais il restera très près de la clôture parmi les spectateurs.

«Je voulais toujours continuer à m’impliquer à ma façon dans le sport. Je suis encore excité par le ski de fond, mais d’une façon différente», exprime l’athlète olympique, à la retraite depuis la fin de la saison de courses 2019. 

Harvey restera donc près des coureurs et agira en guise de mentor, même s’il n’enfilera pas ses skis. Quatre épreuves seront disputées sur les plaines d’Abraham en 2020, du 13 au 15 mars. L’an dernier, les finales de la COOP Coupe du monde FIS de ski de fond avaient rassemblé pas moins de 73 000 spectateurs. On avait droit à une frénésie toute spéciale, alors qu’Alex Harvey était à l’avant du peloton. La fierté de voir «un gars de la place» parmi les meilleurs est excitante, mais le spectacle demeure le même, avec ou sans «notre» Alex.

«Le site ici, c’est tellement unique, une coupe du monde dans le centre-ville comme ça, c’est un show. Quand quelqu’un de la place a des chances de gagner, c’est juste la cerise sur le sundae. C’est tout aussi excitant de voir les Américains, les Norvégiens, les Italiens... C’était un petit bonus, mais ça reste un événement d’envergure, ce sont les meilleurs au monde. De voir à quelle vitesse les athlètes peuvent aller sur un parcours comme ça, c’est impressionnant», laisse savoir Harvey, qui achève sa formation d’avocat. 

L’athlète se réjouit d’ailleurs du volet axé sur le développement des jeunes skieurs prometteurs pour 2020. L’événement sur les Plaines accueillera pour la première fois la Mini Coupe du monde COOP, les jeunes de 5 à 12 ans pourront accomplir des exercices d’habileté à travers un trajet ponctué d’obstacles.

Avant les courses du mois de mars, Harvey assure qu’il suit de près les compétitions de ses anciens camarades du circuit mondial. Dans les dernières années, à cette date-ci, il était à l’autre bout du monde, sur ses skis. Et pour la première fois en 10 ans, il pourra passer le temps des fêtes auprès de sa famille. 

Sprint classique, une première

Un parcours de sprint de type classique sera aménagé sur les Plaines, une première pour Québec.

«C’est vraiment différent pour les athlètes, le niveau technique est relevé. Mélangé avec la grande vitesse, ça va donner un super beau spectacle», mentionne le chargé de projet en sport chez Gestev, Frédérick Langlois.

Le parcours de 1,5 km pourra être visible dans son entièreté par les spectateurs, et une course de type sprint peut laisser place à beaucoup de retournements... le public pourra être témoin de tous les rebondissements. 

Sans le champion de Québec, M. Langlois croit que les projecteurs pourront être tournés sur la relève qui performe plutôt bien. 

«On va juste pouvoir mettre l’accent sur les autres coureurs canadiens qui vont être là, on leur laisse une meilleure visibilité. Le spectacle reste le même, sans la petite fibre régionale.»

Le site des Plaines sera envahi par l’équipe d’organisation de l’événement dès le début du mois de février.