Alex Harvey a parcouru l’épreuve hybride de 15 km en classique et de 15 km en style libre en 1:17,00.2, à 13,1 secondes du meneur.

Alex Harvey 6e au skiathon de Lillehammer

Pour une deuxième fin de semaine d’affilée, Alex Harvey s’est battu en tête tout au long d’une course de distance, dimanche à la Coupe du monde de ski de fond de Lillehammer, mais n’a pas été en mesure de porter le coup de grâce à la toute fin pour s’inviter sur le podium du skiathlon de 30 km.

Qu’importe, sa sixième place à cette épreuve hybride de 15 km en classique et de 15 km en style libre n’est pas banale à ce moment-ci de la jeune saison. Ajoutée à sa cinquième place à la poursuite de Kuusamo, la semaine dernière, cette performance lui confirme qu’il pourra être au sommet de son art, une fois la forme physique maximale atteinte.

«Je suis vraiment content. Je jouais le podium jusqu’au dernier kilomètre et demi, mais quand le coup final se donne, il me manque encore un peu de punch, mais la base d’endurance est vraiment là et c’est de bon augure pour la suite de la saison», a admis le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges qui ne compte qu’un podium avant Noël en carrière.

Harvey a parcouru cette course la plus longue de la saison jusqu’à présent en 1:17,00.2, bouclant son effort à 13,1 secondes du vainqueur. Son coéquipier Devon Kershaw (19e) a percé le top 20 en Coupe du monde pour la première fois depuis près d’un an.

Avec moins de deux kilomètres à faire, Harvey bataillait avec Klaebo en tête, mais la longue montée a permis à ceux derrière lui de le devancer.

Une montée difficile

«Je savais que ça allait se jouer dans cette montée, la plus longue et la plus difficile du circuit de la Coupe de monde. Tactiquement, j’ai joué cela du mieux que je pouvais. À un moment donné, tu ne peux pas faire de miracle quand la forme n’est pas à son maximum. À cette période-ci, je sais qu’un podium est toujours possible si mes compétiteurs sont dans une moins bonne journée, mais sixième, c’est un résultat très satisfaisant. Il s’agit de mon meilleur début de saison, on dirait que mon niveau de base est plus élevé que par les autres années. Je me sens super bien tout en sachant que je ne vole pas encore sur la piste», constatait-il après avoir aidé l’équipe technique à remplir le camion qui mettait le cap sur la prochaine destination.

Encore une fois, le Norvégien Johaness Hoesflot Klaebo a franchi le fil d’arrivée avant tout le monde. Le fondeur de 21 ans a signé une cinquième victoire en cinq courses depuis le début de la saison, une sixième de suite si on compte la dernière épreuve de l’hiver dernier, à Québec.

Le pays hôte a d’ailleurs fait main basse sur les quatre premières positions au classement. Le podium a été complété par Martin Johnsrud Sundby et Hans Christer Holund. «Ils jouent leur sélection olympique, ils n’ont pas le choix d’être au sommet de leur forme. Après les courses, il y en a qui sont contents, d’autres qui le sont pas mal moins.»

La Coupe du monde de ski de fond se rend à Davos, en Suisse, la fin de semaine prochaine. Un sprint et un 15 km, les deux en style libre, seront à l’horaire.