En 2005, Alex Burrows a été nommé le joueur de hockey balle international de l’année.

Alex Burrows, bonze du hockey balle

En attendant de savoir ce que l’avenir lui réserve avec les Sénateurs d’Ottawa, Alexandre Burrows se concentre sur une de ses autres passions, le hockey balle.

L’attaquant québécois a annoncé cette semaine la création de l’Association des joueurs de hockey balle de l’Amérique du Nord (AJHBAN), dont il est le fondateur tout en étant le président de la Tournée Alex Burrows, une série de tournois tenus à travers le Québec.

Il s’est associé à une légende de ce sport, Paul Roy, qui sera le président de l’AJHBAN (NBHPA, en anglais), pour lancer cette organisation qui fera ses premiers pas dans la Belle Province, mais qu’il espère élargir à la grandeur du Canada et de l’Amérique du Nord.

« Ça fait plusieurs années que la Tournée existe et en créant une telle association des joueurs, modelée sur l’Association des joueurs de la LNH, on veut donner une crédibilité à notre sport. L’union fait la force, si on peut rassembler de 200 000 à 500 000 joueurs dans ce groupe, ça va nous donner du poids pour faire du hockey balle une discipline olympique. Nous avons des partenaires qui ont déjà fait des demandes auprès du Comité international olympique (CIO). Le but ultime est que le sport fasse son entrée aux Olympiques de 2028 », a confié Burrows au Droit en entrevue téléphonique mercredi.

Le vétéran de 36 ans ne se voit pas représenter le Canada si jamais ce rêve devait se réaliser, cependant. « Je serais trop vieux en 2028 », laisse-t-il tomber.

Sa motivation, dit-il, est de redonner à ce sport qu’il affectionne depuis son adolescence.

« Je veux juste redonner à ce sport qui m’a permis de faire carrière au hockey professionnel et de voyager à travers le monde. Je ne pense pas que je me serais rendu à la LNH sans avoir passé mes étés à jouer au hockey balle. Quand je revenais au camp d’entraînement suivant après avoir joué tout l’été, je sentais que j’avais monté mon jeu d’une coche, que je m’étais amélioré. Je pense aussi que ce sport a beaucoup de potentiel », dit Burrows, qui a gagné son premier championnat canadien de hockey balle à l’âge de 19 ans avec le RedLite de Montréal, premier de six titres nationaux consécutifs de cette équipe alors qu’il a été le meilleur compteur du tournoi en 2002 et 2003.

Il a aussi remporté des championnats mondiaux avec le Canada en 2003 et 2005, étant nommé le joueur international de l’année à cette dernière occasion. Il a pris sa retraite du hockey balle compétitif en 2006 après sa première saison complète dans la LNH avec les Canucks de Vancouver, et en 2010, il a été intronisé au Temple de la renommée de l’Association canadienne de hockey balle de même qu’à celui de la International Street and Ball Hockey Federation (ISBHF).

Les coûts pour devenir membre de l’association n’ont pas encore été fixés, mais Burrows dit qu’ils seront « modestes » alors que le membership donnera différents avantages aux joueurs. Une équipe d’employés rémunérés sera notamment responsable d’établir des cotes pour tous les joueurs inscrits, permettant de mieux pouvoir déterminer dans quelle catégorie une équipe devrait s’inscrire à un tournoi, par exemple. « Des fois, un club va s’inscrire dans le ‘B’ et celui-ci est extrêmement fort, le club mange alors des volées. Avec un bon système de cotes, ça ne devrait plus se produire », estime-t-il.

Les participants à la Tournée Alex Burrows devront être membres de l’Association, mais il ne sera pas nécessaire de l’être pour d’autres tournois. Les membres pourront notamment consulter leurs statistiques dans les ligues et tournois partenaires sur son site internet (www.NBHPA.com). Le premier de six à huit tournois de la Tournée Alex Burrows aura lieu les 26 et 27 mai à Trois-Rivières. Celui-ci espère pouvoir en organiser un à Ottawa et/ou dans l’Outaouais à l’été 2019.