Alain Côté (à droite) pose avec Philippe Boucher. C’est à la Fondation de ce dernier que seront versés les profits du match du 10 novembre entre les Anciens Nordiques et une équipe de célébrités. Les billets sont en vente sur le réseau billetech ou sur le site www.hockeyetoilescelebrites.com.

Alain Côté a dit «non» aux conservateurs, au PQ et à la CAQ

«Vas-tu toi aussi te présenter en politique?» Selon l’ex-Nordiques Alain Côté, cette question, c’est la deuxième qu’il se fait poser le plus souvent. La première, vous la connaissez tous...

Après les élections successives de l’ex-entraîneur Richard Martel comme député conservateur au fédéral et de l’ancien défenseur et dur à cuire de la LNH Enrico Ciccone comme député libéral au provincial — et surtout après sa «fameuse» publicité pour la Coalition avenir Québec (CAQ) diffusée quelques jours avant les dernières élections québécoises — pariez que l’ancien numéro 19 des Nordiques se fait poser cette question encore plus souvent ces jours-ci. 

«Non, je n’ai pas l’intention de faire comme Richard et Enrico. Si j’avais voulu me présenter en politique, j’aurais pu, car j’ai été approché plusieurs fois», a résumé Alain Côté en marge de la conférence de presse pour le match des anciens Nordiques, qui aura lieu le 10 novembre au Pavillon de la Jeunesse.

Pauline Marois avait déjà approché le «bœuf de Matane» avant de devenir première ministre du Québec. Il faut dire que l’épouse de son fils Jean-Philippe, qui a disputé quelques matchs avec le Canadien, est Valérie Noël-Létourneau, fille de l’ancien député péquiste d’Ungava Michel Létourneau, et ancienne attachée politique du député péquiste de Matane, Pascal Bérubé.

Côté a décliné une première fois. «J’étais honoré d’être considéré, mais je ne suis pas vraiment indépendantiste et j’estime qu’en politique, il faut que tu croies à la position politique du parti pour lequel tu te présentes.»

Par la suite, c’est l’ancien ministre Denis Lebel qui a tenté de le convaincre de joindre le Parti conservateur du Canada. «Là, ça m’intéressait un peu plus, car, en tant qu’homme d’affaires qui a investi son propre argent dans ses entreprises, mes opinions politiques rejoignaient davantage celles du parti.» Côté a cependant décliné une seconde fois.

Quant à la troisième fois, c’était pas plus tard que durant la dernière campagne électorale provinciale. Passée à la CAQ, sa bru était directrice de campagne de Joëlle Boutin, dans Jean-Talon. Alors qu’il manquait encore des candidats caquistes, elle a passé un petit appel à son beau-père afin de tâter de nouveau le terrain. La réponse a été encore une fois négative.

«Je m’intéresse à la politique, mais quand tu fais de la politique, tu ne t’appartiens plus vraiment et je considère qu’avec ma carrière dans la Ligue nationale et, maintenant, mes entreprises, ma femme avait assez donné pour ce qui est de devoir composer avec un mari qui n’est pas souvent à la maison», a résumé le propriétaire de plusieurs franchises NAPA pièces d'auto.

Coup de pouce à la CAQ

Côté n’a toutefois pas refusé de donner un coup de pouce à l’équipe de François Legault, avec qui il a des affinités. «Valérie m’a demandé si le parti pouvait dire qu’il avait mon appui, j’ai dit oui. Ensuite, elle m’a demandé si j’accepterais de tourner une publicité et j’ai accepté.»

C’est dans un vestiaire du Centre Caztel, à Sainte-Marie de Beauce, qu’a été tournée la publicité où on voit Côté se préparer pour un match. «Les premières paroles que je dis dans la publicité, c’est la CAQ qui les a composées, mais la fin, le bout où je dis “Si votre but est de voter pour la CAQ de François Legault, votre but, y est bon”, c’est de moi.»

Il utilise en effet depuis plusieurs années cette formule quand il signe des autographes. «J’écris souvent quelque chose comme “Si votre but est de” et j’ajoute une phrase qui s’applique à la personne, et je termine par “votre but est bon”», explique-t-il en référence à la fameuse soirée du 28 avril 1987 où l’arbitre Kerry Fraser lui a refusé le but qui aurait donné la victoire aux Nordiques sur le Canadien dans le cinquième match de la finale de la division Adams.

«Je savais que ça ferait jaser parce que je prenais position. Je l’assume totalement. La fin de semaine où la publicité était diffusée, j’étais en congrès à Ottawa pour la bannière Autopro et quand je suis revenu chez moi, la publicité avait été vue plus de 250 000 fois sur Internet!» dit-il, un peu surpris de la popularité du message publicitaire, mais néanmoins heureux d’avoir «gagné ses élections».

+

DE MOINS EN MOINS D'ANCIENS NORDIQUES

Les années passent et les anciens Nordiques sont de moins en moins nombreux. Réal Cloutier et André Dupont seront présents au match contre les «Étoiles Célébrités», le 10 novembre à 13h au Pavillon de la Jeunesse, mais ils ne chausseront pas les patins et agiront plutôt comme entraîneurs.

À 70 ans bien sonnés, Michel Parizeau, qui a porté l’uniforme fleurdelisé dans l’Association mondiale de 1972 à 1976, chaussera cependant les patins et sera le doyen de cette sélection. Son dernier match dans l’uniforme bleu et blanc remonte à 2015. Il aura notamment comme coéquipier Marc Fortier, qu’il a dirigé chez les Saguenéens de Chicoutimi. «Quand j’avais 45 ans, ça allait bien, mais à 70 ans, la marche est haute pour jouer avec des gars comme Marc, Pierre [Lacroix] et les autres. Il faut se tenir en forme! Si je suis une ou deux semaines à ne rien faire, ça paraît!» a lancé celui qui joue encore pour le plaisir.

«C’est vrai qu’on a plus de misère à trouver des joueurs», convient Lacroix. «L’année de la construction du Centre Vidéotron, ça avait donné un peu de pep, mais depuis deux, trois ans, c’est plus tranquille.»

Parizeau, Fortier et Lacroix auront comme coéquipiers Louis Sleigher, Pierre Aubry, Claude Lapointe, l’ex-gardien des Remparts Patrick Couture et le comédien et ex-joueur de ligne de la Ligue canadienne de football Peter Miller (le Mike Ludano de la série Lance et Compte). Ils affronteront notamment le réalisateur Ricardo Trogi, l’humoriste Jean-Thomas Jobin, le chanteur et ex-Remparts Étienne Drapeau et les anciens comédiens de Lance et Compte Emmanuel Auger (François Pétel), Hugo Giroux (Steve Blackburn) et Christian Sbrocca (Johansson).