Chris Froome aura fort à faire pour conquérir le public pendant le Tour de France, lui qui a été copieusement hué, jeudi, lors de la présentation des équipes.

Accueil glacial pour Froome au Tour de France

LA ROCHE-SUR-YON — Le premier contact de Chris Froome avec le public du Tour de France était scruté et les sifflets et huées ont largement pris le dessus, jeudi, à la Roche-sur-Yon, en Vendée, pour la présentation des équipes à deux jours du départ.

Blanchi lundi par l’Union cycliste internationale (UCI) dans la procédure antidopage à son encontre engagée depuis plus de neuf mois, le quadruple vainqueur du Tour (2013, 2015, 2016 et 2017) a pu mesurer tout le chemin qui lui reste à parcourir pour conquérir le cœur du public français. Le petit parcours d’un kilomètre dans les rues du centre-ville de La-Roche-sur-Yon autour de la place Napoléon s’est déroulée sous les sifflets d’un public remonté contre le Britannique de 33 ans.

Sa très brève intervention d’une dizaine de secondes sur l’estrade a été huée et le cycliste d’origine kényane ne s’est pas arrêté en zone mixte pour répondre aux journalistes, avant de retrouver le plus vite le bus de son équipe, Sky. «C’est une très mauvaise idée. Même s’il y a eu des appels à la bienveillance qui ont été lancés, il va se faire huer sur les routes», a regretté Maxime, fan de vélo venu de Luçon.

«Il y a beaucoup de controverse, il a été blanchi seulement lundi», a indiqué Gill, une Anglaise venue de Westchester. «Je ne suis pas très heureuse. Il a été blanchi, mais j’ai des doutes sur sa probité. Il met toute son équipe en difficulté, c’est pas bon pour le sport.»

Aux sifflets plus nombreux et plus bruyants, certains spectateurs ont tenté de répondre par de rares applaudissements. Froome «est un bon coureur», a estimé Monique, Vendéenne venue faire le déplacement malgré le ciel gris. «Puisqu’il n’a rien fait, pourquoi il ne ferait pas le Tour?»