Françoise Abanda a poursuivi sa belle progression, mercredi soir, elle qui a bataillé dur pour venir à bout de l'Américaine Varvara Lepchenko.

Abanda passe en quarts de finale

Françoise Abanda a poursuivi sa mission, mercredi soir, en remportant une rude bataille contre l'Américaine Varvara Lepchenko. La Montréalaise atteint ainsi les quarts de finale d'un tournoi de la WTA pour la première fois de sa carrière.
«Ça fait du bien de passer cette étape», a souligné Abanda après son triomphe de 5-7, 7-5 et 6-4 au deuxième tour. «Québec, c'est vraiment un bon tournoi pour moi pour atteindre mon objectif», elle qui vise une place dans le top 100 d'ici la fin de la saison.
«Ç'a été vraiment une grosse bataille. Ç'a été physique par moments. Je suis vraiment contente d'avoir bien servi. C'est vraiment un bon match que j'ai joué», a poursuivi la 122e joueuse mondiale, déjà assurée de faire un bond vers le haut du classement.
Quasi impeccable au service jusque là, Lepchenko (74e) a flanché à la cruciale huitième partie de la troisième manche pour donner une chance à la Québécoise de servir pour le match. Abanda a toutefois été incapable de convertir l'une de ses trois balles de match au jeu suivant. Elle a finalement gagné sur la quatrième, obtenue sur le service de Lepchenko. La foule a laissé éclater sa joie, heureuse de voir une Canadienne toujours en vie à ce niveau de la compétition pour la première fois depuis Eugenie Bouchard en 2013.
Abanda a ressenti de la nervosité en servant pour la rencontre. «Oui, oui», a-t-elle confirmé en riant. «À ce moment-là, je me disais : il faut absolument que je termine le match. Je n'ai pas pu terminer à 5-3, mais je me suis dit de rester calme, de rester concentrée, de rester positive...»
Avant les trois bris consécutifs en fin de match, Abanda et Lepchenko avaient servi à merveille, n'étant brisées qu'une seule fois chacune. Abanda avait craqué à la 11e partie de la première manche; Lepchenko au 12e jeu de la deuxième. Le match a été ponctué de plusieurs longs échanges, au grand plaisir des spectateurs.
La Fed Cup, le déclic
L'entraîneur d'Abanda, Sylvain Bruneau, se réjouissait de voir sa protégée sortir debout d'un duel si âprement disputé. «Elle a bien respecté le plan de match, elle a mis l'emphase constamment sur le revers de l'adversaire. J'ai beaucoup aimé son body language», a souligné le coach.
Selon lui, les deux victoires acquises par Abanda à la Fed Cup, en avril, ont déclenché une spirale positive pour la confiance de l'athlète de 20 ans. «J'ai senti un déclic chez elle. [...] Ça fait plusieurs fois qu'elle bat des filles du top 100. Je dirais aussi qu'au service, elle a progressé. Elle est plus offensive et plus précise avec ses premières balles. Elle est aussi beaucoup plus mobile», a analysé Bruneau.
En quarts de finale, Abanda devra négocier vendredi avec la puissante Timea Babos, troisième tête de série. La Hongroise cogne dur et peut être intimidante par sa simple présence sur le terrain. Bruneau sait toutefois à quoi s'attendre : Babos a joué contre une autre de ses joueuses, Bianca Andreescu, il y a quelques semaines à Toronto. La jeune Canadienne s'était inclinée 6-4 et 6-1.
«C'est un match très, très important pour moi», a lancé Abanda, qui dégage un beau mélange de calme et de confiance, autant sur le terrain qu'à l'extérieur. «C'est sûr que je vais donner le meilleur de moi-même.»
«Elle pleurait toutes les larmes de son corps»
Victime d'étourdissements, Océane Dodin s'est retirée de la Coupe Banque Nationale quelques minutes avant son match de deuxième tour, mercredi après-midi.
Victime d'étourdissements, Océane Dodin s'est retirée de la Coupe Banque Nationale quelques minutes avant son match de deuxième tour, mercredi après-midi. Le tournoi couronnera donc une nouvelle championne, dimanche.
«Elle pleurait toutes les larmes de son corps, en bas, quand les médecins lui ont dit qu'elle était mieux de ne pas jouer», a expliqué le directeur du tournoi, Jacques Hérisset, quelques minutes après l'annonce de la mauvaise nouvelle. 
Vers 16h, une heure avant sa rencontre face à Caroline Dolehide, Dodin a commencé un échauffement sur le court central. Elle a frappé quelques balles, puis s'est retirée.
C'est un problème récurrent pour la 48e joueuse mondiale. Son début de z2014 en a fait les frais. «Elle a une maladie qui cause un manque d'équilibre», en raison d'un problème dans l'oreille interne, a expliqué Hérisset. Déjà, elle avait été exemptée d'une participation à la soirée des joueuses sur le Louis-Jolliet, dimanche, car les médecins lui suggèrent de ne pas naviguer. Et les symptômes semblent se déclencher sans crier gare. Le directeur du tournoi affirme d'ailleurs avoir croisé Dodin au début de l'après-midi, mercredi, et «tout était beau».
Le retrait de la tête d'affiche - littéralement - de la 25e présentation de la Coupe Banque Nationale s'ajoute à celui, il y a une semaine, de la Québécoise Eugenie Bouchard, qui devait revenir dans la capitale après une présence courte et tumultueuse en 2016. «Je pense toujours aux gens qui achètent des billets, qui veulent venir voir les matchs... C'est sûr que les gens voulaient voir la championne de l'an passé», a dit Hérisset en parlant de la charismatique Dodin. «Ça arrive. Mais c'est sûr qu'on n'en a pas 10 comme ça.» Le retrait de la Française de 20 ans laisse un grand trou dans le bas du tableau, où Tatjana Maria (4e) devient la favorite.
Entre les lignes
Petite prise de bec entre Timea Babos et Naomi Broady à la fin de leur match de deuxième tour, mercredi. Les deux joueuses ont discuté en se serrant la main, puis après avoir remercié l'arbitre. Apparemment, Broady n'a pas apprécié les différentes façons de crier de la Hongroise, qui pousse en effet de longs râles après plusieurs de ses frappes, mais pas toujours au même moment et pas toujours de la même force. La puissante Broady a réussi 10 as dans le match, mais elle n'a placé que 55 % de ses premières balles en jeu. Plus solide en fond de terrain, la troisième favorite Babos a remporté cette bataille 6-2, 5-7 et 6-2... «Parfaite journée pour explorer», a écrit mercredi Lucie Safarova sur Instagram et Twitter, publication accompagnée d'une photo d'elle devant le Château Frontenac. La favorite du tournoi profitait d'une journée de congé avant de reprendre le collier, jeudi soir... Le stade du PEPS semblait une nouvelle fois bien grand, mercredi, en raison des petites foules qui s'y sont présentées.
Résultats de mercredi
Simple
4 Tatjana Maria (All) bat Grace Min (É.-U.)
6-1, 6-1
Timea Babos (Hon) bat 3 Naomi Broady (G.-B.)  6-2, 5-7, 6-2
Q Caroline Dolehide (É.-U.) bat 2 Océane Dodin (Fra), forfait
Françoise Abanda (Montréal) bat 5 Varvara Lepchenko (É.-U.) 5-7, 7-5, 6-4 
Double
Irina Falconi (Ita) et Fanny Stollar (Hon)
battent Xenia Knoll (Sui) et Alla Kudryavtseva (Rus) 2-1, abandon
Naomi Broady (G.-B.) et Asia Muhammad
(É.-U.) battent Marina Erakovic (N.-Z.) et Julia Glushko (Isr) 6-1, 7-6 (6)
Desirae Krawczyk (É.-U.) et Jamie Loeb (É.-U.) battent Taylor Townsend (É.-U.) et Carol Zhao (Can) 7-5, 6-1
Kaitlyn Christian (É.-U.) et Giuliana Olmos (Mex) battent Anna Tatishvili (É.-U.) et Sachia Vickery (É.-U.)  6-3, 7-6 (5) 
À l'horaire jeudi
Court Banque Nationale
(À compter de 11h)
8 Viktorija Golubic (Sui) c. Sachia Vickery  (É.-U.) 
1 Timea Babos (Hon) et Andrea Hlavackova (RT) c. Desirae Krawczyk et Jamie Leob (É.-U.)
(Pas avant 15h)
7 Alison Van Uytvanck (Bel) c. Marina Erakovic (N.-Z.)
(Pas avant 19h15)
Lucie Hradecka (RT) c. Bianca Andreescu (Can)
1 Lucie Safarova (RT) c. Sofia Kenin (É.-U.)
Court 1
(Pas avant 16h)
Naomi Broady (G.-B.) et Asia Muhammad
(É.-U.)  c. Maria Irigoyen (Arg) et Camilla Rosatello (Ita)