Françoise Abanda a perdu 4-6, 7-6 (4), 6-3 face à la Lettone classée 13e, Jelena Ostapenko.

Abanda donne du fil à retordre à Ostapenko

Françoise Abanda a n'a pas été en mesure de franchir le deuxième tour à Wimbledon, mercredi, mais elle a chèrement vendu sa peau face à la Lettone classée 13e, Jelena Ostapenko.
La gagnante des Internationaux de France est venue de l'arrière pour vaincre la Québécoise classée 142e 4-6, 7-6 (4), 6-3. C'est la première fois qu'Ostapenko atteint le troisième tour sur le gazon londonien sur le circuit de la WTA. Elle avait toutefois remporté le tournoi chez les juniors en 2014.
Contre Abanda, issue des qualifications et, tout comme elle, âgée de 20 ans, Ostapenko a de nouveau offert du jeu à haut risque, qui s'est avéré très payant. Elle a su faire fi de 39 fautes directes pour l'emporter grâce à un avantage de 31-17 dans les coups gagnants.
Plus tôt, le plus bel espoir de la Grande-Bretagne pour mettre la main sur le titre du simple féminin a dû travailler d'arrache-pied pour se qualifier au troisième tour. Johanna Konta s'est retrouvée face à un déficit en début de match, mais elle est venue de l'arrière pour éliminer la Croate Donna Vekic 7-6 (4), 4-6 et 10-8 sur le court central du All England Club.
Le duel a duré 3h10 minutes, et il était temps qu'il prenne fin, a reconnu la Britannique. «C'est agréable de savoir que le match est terminé. Nous avons passé beaucoup de temps sur le court et nous avons toutes deux bataillé vraiment très fort.»
Sixième tête de série, Konta a atteint la troisième ronde devant ses partisans pour la première fois en six tentatives. Le mois dernier, elle a participé à la finale à Birmingham, un tournoi préparatoire sur gazon, mais a perdu contre Vekic.
Kvitova éliminée
La quête d'un troisième titre pour Petra Kvitova a pris fin au deuxième tour. La 11e tête de série, qui est récemment revenue au jeu après avoir subi une attaque à l'arme blanche à son domicile, a été surprise par l'Américaine Madison Brengle 6-3, 1-6, 6-2. Venus Williams est quant à elle venue de l'arrière pour vaincre la Chinoise Qiang 4-6, 6-4, 6-1.
Du côté masculin, Rafael Nadal a porté à 26 sa série de sets gagnés en tournois majeurs avec sa victoire de 6-4, 6-2, 7-5 contre l'Américain Donald Young. Le double champion atteint ainsi le troisième tour de WImbledon pour la première fois depuis 2014. Il fera face à la 30e tête de série, Karen Khachanov, vendredi.
La hanche d'Andy Murray semble très bien se porter. Le favori et champion en titre a atteint le troisième tour en ayant raison de l'Allemand Dustin Brown 6-3, 6-2, 6-2. Il fera face à l'Italien classé 28e Fabio Fognini.
Azarenka réclame des garderies
Victoria Azarenka réclame à la WTA plus de soutien aux joueuses mères de famille, notamment grâce à la création de garderies temporaires comme sur le circuit ATP.
Victoria Azarenka, qui a sorti sans ménagement 6-3 et 6-3 la Russe Elena Vesnina (16e mondiale et demi-finaliste sortante à Wimbledon), a fait part de sa joie d'être mère, depuis décembre, d'un petit Leo. «Cela m'a changée complètement. C'est vraiment super de pouvoir passer du temps avec mon fils. J'apprécie de venir ici tous les jours et pouvoir l'emmener», a expliqué l'ex-numéro un mondiale, redescendue au 683e rang après sa maternité. Elle a aussi réclamé à la WTA plus de soutien aux joueuses mères de famille, notamment grâce à la création de garderies temporaires comme sur le circuit ATP. «Les garçons ont le luxe d'avoir des crèches à chaque tournoi et je crois qu'il est temps que les femmes disposent des mêmes facilités.»  AFP
Medvedev lance des pièces de monnaie au pied de l'arbitre
Jeter de l'argent risque de coûter cher au Russe Daniil Medvedev... Le bourreau de Stan Wawrinka au premier tour s'est incliné dès son second match (6-4, 6-2, 3-6, 2-6, 6-3) contre le Belge Ruben Bemelmans (124e). En colère, le jeune joueur de 21 ans a lancé des pièces de monnaie au pied de la chaise de l'arbitre. «J'étais déçu par le résultat. C'était frustrant après ma grande victoire. Dans le feu de l'action, j'ai mal réagi. Je m'en excuse. Je n'ai rien d'autre à dire.» Classé au 49e rang mondial, le Moscovite a ensuite précisé que son geste ne voulait pas dire qu'il pensait que l'arbitre était partiale ou corrompue. «Ce serait vraiment stupide. C'était stupide, mais cela ne voulait pas dire ça», s'est-il défendu, assurant que son action n'avait «pas de signification» particulière. «S'il y a des sanctions, ce sera de ma faute.»  AFP
Ils ont dit
«Si quelqu'un connaît cet enfant à qui ce vieil homme a arraché la serviette des mains, tweetez-moi son nom et je ferai en sorte qu'il en obtienne une autre»
- Jack Sock. La serviette lancée au hasard dans les tribunes par l'Américian avait fait l'objet d'une âpre lutte mardi. Le 17e mondial a retrouvé l'identité du jeune homme, un Irlandais prénommé Jack, qu'il a invité à l'un de ses prochains matchs.
«J'en avais dans les oreilles et dans le nez»
- Jo-Wilfried Tsonga, à propos des fourmis volantes qui ont envahi Wimbledon. Le Français s'est qualifié pour le deuxième tour en prenant la mesure 6-1, 7-5 et 6-2 de l'Italien Simone Bolelli.