New York Yankees' Aaron Judge smiles as he competes during the MLB baseball All-Star Home Run Derby, Monday, July 10, 2017, in Miami. (AP Photo/Lynne Sladky)

Aaron Judge, motivé par trois chiffres

Aaron Judge conserve le seul élément de motivation dont il a besoin dans son téléphone.
Il est là, dans une application conçue pour prendre des notes, toujours au sommet de la liste afin d'assurer un accès rapide. Il le regarde tous les jours et il dit que c'est ainsi depuis des mois, pour garder les choses dans une perspective la plus juste possible.
Le message : ,179 - un rappel de la moyenne au bâton qu'il a affichée à ses débuts avec les Yankees de New York.
Aujourd'hui, ça semble inimaginable. La nouvelle vedette des Yankees domine les ligues majeures avec 30 circuits et se veut un sérieux candidat à la Triple couronne grâce à sa moyenne de ,329 et ses 66 points produits.
Tout ça fait que le gigantesque jeune homme, qui n'était nullement assuré d'un poste avec l'équipe pendant le camp d'entraînement, participera au Match des étoiles, mardi soir, au Marlins Park.
«C'est une forme de motivation pour me rappeler de ne jamais rien tenir pour acquis», a confié Judge, assis sur la piste d'avertissement à expliquer pourquoi il tient constamment à garder à portée de vue ses contre-performances de 2016.
«Ce sport peut vous faire retomber sur terre rapidement. Alors, j'essaie de sauter sur le terrain et de jouer mon meilleur match chaque jour. Parce que dans deux semaines, ma moyenne pourrait se situer à ,179.»
Ça semble peu probable. Lundi, lors de l'exercice précédant le concours de coups de circuit, Judge est venu à un cheveu de sortir une balle du stade. Si la balle est demeurée à l'intérieur du Marlins Park, c'est parce qu'elle a donné contre le toit rétractable. «Il est incroyable», s'est exclamé son coéquipier Gary Sanchez.
Scherzer anxieux
Judge occupera le troisième rang du rôle des frappeurs de la formation de la Ligue américaine mardi, ce qui signifie que sa première présence à la plaque l'opposera à Max Scherzer. Et il semble que l'as partant des Nationals de Washington a hâte à son face-à-face avec le jeune phénomène.
«J'ai vu, de loin, la saison qu'il connaît jusqu'à maintenant. De toute évidence, il est le meilleur frappeur dans la Ligue américaine. Tout le monde sera probablement d'accord. J'adore affronter les meilleurs. C'est ce que je recherche. Quand vous participez au match des étoiles, vous affrontez les meilleurs. Ce sera amusant.»
Départ canon
Il y a un an, Judge était encore à un mois de ses débuts dans les Ligues majeures. Il a cogné des circuits lors de ses deux premières rencontres avec les Yankees en août 2016 et totalisait sept coups sûrs après ses cinq premiers matchs. Il faisait déjà un tabac.
Après ces sept coups sûrs en cinq matchs, il en a ajouté huit, au total, lors de ses 22 dernières parties. Il a conclu la saison avec presque trois fois plus de retraits au bâton (42) que de coups sûrs (15). Bref, il ne semblait tout simplement pas prêt.
Mais regardez-le maintenant : joueur étoile, probablement la recrue de l'année dans la Ligue américaine, peut-être même le joueur le plus utile à son équipe.
«Je suis excité de le rencontrer, a admis Giancarlo Stanton, le puissant cogneur des Marlins de Miami. «J'espère qu'il se fera poser autant de questions à mon sujet que je m'en fais poser à son sujet.»
À 6'7" et 282 livres, Judge affiche une stature presque identique (un peu plus grand, un peu moins lourd) à celle de l'ailier défensif J.J. Watt, des Texans de Houston (NFL).
Aucun voltigeur dans les ligues majeures n'affiche un poids qui s'approche du sien. Et des 19 joueurs ayant participé au dernier match de la finale de la NBA entre les Warriors de Golden State et les Cavaliers de Cleveland, seulement six sont plus grands que Judge.
Non seulement est-il imposant physiquement, il est aussi capable de bouger.
«Je suis jaloux», a reconnu Buster Posey, le receveur des Giants de San Francisco qui, à 6'1'' et 215 livres, ressemble à un écolier à côté de Judge. «J'y pensais l'autre jour. Je regardais l'un de leurs matchs et je l'ai vu se déplacer au champ droit et je me suis dit à quel point c'était impressionnant. Je me demande s'il pourra continuer ainsi longtemps [...] C'est incroyable de voir à quel point il est athlétique.»
Gehrig, DiMaggio, Jeter
Depuis le début de la saison, Judge a déjà effacé le record d'équipe pour le nombre de coups de circuit par une recrue, surpassant un certain Joe DiMaggio. Sa moyenne au bâton est supérieure à celle de Derek Jeter quand l'ancien arrêt-court des Yankees a été élu la recrue de l'année dans la Ligue américaine en 1996. Lou Gehrig a amassé 68 points produits à sa première saison; Judge en a besoin de deux autres pour arriver à ce plateau.
Bien sûr, ce sont des époques différentes, et des circonstances différentes. Mais lorsqu'un nom apparaît déjà à côté de ceux de DiMaggio, Jeter et Gehrig, c'est parce que quelque chose de spécial est sur le point de se produire.
Brad Mills, qui remplace Terry Francona à la barre de la formation étoile de la Ligue américaine, a choisi de rendre hommage à Judge en lui confiant le troisième rang du rôle des frappeurs. «Selon moi, Aaron Judge représente l'une des plus belles histoires du baseball majeur», a affirmé Mills.
«Je manque de mots, honnêtement, a déclaré Judge. Je n'arrive toujours pas à y croire. C'est vraiment incroyable. C'est le rêve de tous les jeunes et j'ai la chance de le réaliser aujourd'hui.»