Il n'y aura pas beaucoup de postes disponibles chez les Remparts, la saison prochaine.
Il n'y aura pas beaucoup de postes disponibles chez les Remparts, la saison prochaine.

À peine deux ou trois postes ouverts chez les Remparts

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Les joueurs qui souhaitent causer une surprise et percer l’alignement des Remparts de Québec au camp d’entraînement devront être convaincants. «On va se dire les vraies choses, il y a peut-être deux ou trois postes disponibles», a admis Patrick Roy, mardi.

Le Diable rouge en chef a dévoilé ce secret de Polichinelle lors d’une visioconférence suivant la publication de la liste des joueurs invités au camp d’entraînement, dont la première session sur glace aura lieu le 31 août.

Mais il ne fermera pas la porte du vestiaire à double tour à quiconque voudrait y faire sa place.

«Dans un camp, il y a toujours des surprises, alors si un jeune nous surprend pour prendre la place d’un plus vieux, on ne l’empêchera pas de le faire», notait celui qui possède aussi la profondeur pour permettre aux joueurs de 16 ans de poursuivre leur développement dans le midget AAA.

Les Remparts ont pu inviter 34 joueurs à leur camp en raison de l’absence des deux joueurs européens, qui n’attendent que le feu vert de ministère de l’Immigration du Canada pour s’amener au pays. Pour l’instant, l’attaquant Vijiami Marjala et le défenseur Aapo Siivonen sont toujours en Finlande.

«Ils sont excités de venir, ils devaient même arriver la semaine dernière. La situation avec les joueurs européens n’est pas unique à Québec, elle est la même partout dans la Ligue canadienne. Je pense que la LCH doit être impliquée dans les discussions, car ça implique aussi l’Ontario et l’Ouest», notait Roy, qui n’aimerait pas être privé des deux joueurs sélectionnés au plus récent repêchage international.

«Comme on commence plus tôt que les autres, il y a peut-être plus d’urgence dans la LHJMQ. Ces joueurs-là ont aussi d’autres alternatives, je serais malheureux qu’ils doivent commencer leur saison en Finlande, et par la suite, que l’on soit obligé de se débattre pour obtenir leur libération.»


« Dans un camp, il y a toujours des surprises, alors si un jeune nous surprend pour prendre la place d’un plus vieux, on ne l’empêchera pas de le faire »
Patrick Roy

Bien que son club soit construit pour atteindre son apogée la saison prochaine, Roy ne sait pas trop à quoi s’attendre lorsque la rondelle tombera au jeu pour celle qui se mettra en branle, le 1er octobre.

Les Remparts n’affronteront que Baie-Comeau, Chicoutimi, Rimouski, Shawinigan et Victoriaville. Ils disputeront 12 matchs contre chacun de leurs rivaux de la division.

«Je suis curieux de voir ce que ça va donner. Ce sera la même chose pour toutes les équipes, il est difficile de voir qui va se démarquer, cette saison. On dirait que nous sommes tous dans le même peloton.»

À ses yeux, la LHJMQ a pris la bonne décision en planifiant un calendrier à compter du 1er octobre.

«Si on avait fermé pour une longue période, on aurait été un peu oublié parce que les gens auraient fait autre chose. Là, ça va nous offrir une bonne visibilité, surtout qu’il y aura une période creuse entre les deux saisons dans la LNH.»

L’entraîneur-chef et directeur général des Remparts a discuté avec quelques joueurs de la prochaine saison et de la situation actuelle. Il se réjouit de voir que la sécurité des joueurs était au cœur de la réflexion de la LHJMQ sur la marche à suivre.

«Comme nous n’avons pas de clubs aux États-Unis, on n’a pas la même problématique que l’Ontario et l’Ouest. Nous aurons moins de voyagement, moins de risques, moins de nuitées à l’hôtel, alors dans le contexte que l’on vit présentement, c’est bien.»

Il se disait à l’aise avec le concept d’une équipe dans chaque ville contrairement à la LNH, qui a opté pour regrouper ses formations dans deux bulles à Toronto et Edmonton.

«Je suis très confiant [que ça se passe bien]. Sans dire que nos joueurs soient dans des bulles, c’est tout comme. Dans le junior majeur, c’est l’école et le hockey. La portion que l’on contrôle le moins bien, c’est l’aspect social, mais il n’y a présentement pas tant d’alternatives. On voit que les gens prennent la situation au sérieux, alors j’ai confiance que ça va bien se passer», ajoutait celui qui souligne que les refus de jouer, s’il y en a, seraient réglés de façon individuelle.

Matchs préparatoires

La LHJMQ a fait connaître son calendrier préparatoire, mardi. Ainsi, les Remparts disputeront cinq matchs hors-concours, soit deux contre l’Océanic, (1er et 3 septembre à Québec et Rimouski), deux contre les Cataractes (13 et 18 septembre à Shawinigan et Québec) et le 25 septembre à Québec contre Victoriaville.

Pour ce qui est de l’Océanic, ils joueront aussi deux autres matchs contre les Tigres, soit les 5 septembre à Victoriaville et le 13, à Rimouski. Comme en saison régulière, tous ces matchs seront bien sûr disputés à huis clos.