Pour faire face à la canicule automnale, 18 stations d'eau supplémentaires et un système d'arrosage à la ligne d'arrivée ont été installés.

900 interventions médicales au marathon de Montréal

Les coureurs d'endurance ont grandement souffert des effets de la chaleur qui s'est abattue sur Montréal, dimanche. Neuf cents participants du demi-marathon se sont présentés à la clinique mise en place par les organisateurs.
En moyenne, de 500 à 600 interventions sont pratiquées chaque année par des températures avoisinant les 15 à 18 degrés Celcius, selon le coordonnateur médical de l'événement, Eddy Afram.
Cette comparaison vient démontrer la pertinence d'avoir annulé l'épreuve-reine - le marathon - qui aurait nécessité trois heures de course supplémentaires dans une très grande chaleur, a insisté M. Afram en entrevue avec La Presse canadienne.
Selon lui, le maintien de la tenue du demi-marathon était «le meilleur des compromis et une bonne course de consolation pour ceux qui n'ont pas pu faire le marathon».
Le mercure devait grimper jusqu'à 28 degrés Celsius, et à 38 degrés si l'on tient compte du facteur humidex.
Système d'arrosage
Pour faire face à la canicule automnale, le demi-marathon et la course de 10 km ont commencé plus tôt. De plus, 18 stations d'eau supplémentaires et un système d'arrosage à la ligne d'arrivée ont été installés, des serviettes imbibées d'eau froide ont été distribuées et près de quatre tonnes de glace ont été acquises.
Les effectifs médicaux ont aussi été révisés à la hausse. En incluant l'équipe de médecine sportive et les intervenants préhospitaliers, plus de 300 intervenants étaient mobilisés.
Malgré des apports soudains de patients, l'équipe médicale n'a jamais dépassé les 50 % de sa capacité, selon les organisateurs.
«Normalement, de 60 à 70 % de nos interventions sont d'origine musculo-squelettique, donc de médecine sportive : des crampes, des foulures, des blessures, a indiqué Eddy Afram. Avec la température, on a eu beaucoup de cas de chaleur à l'effort.»
En plus de la clinique mise en place par les organisateurs, des équipes d'Urgences-santé étaient présentes en grand nombre pour assurer les premiers soins tant aux coureurs qu'à la population venue les encourager.
Les paramédicaux ont effectué plus d'une vingtaine de transports vers la clinique et cinq autres vers des centres hospitaliers, a affirmé le porte-parole de l'organisme, François Lebel.
Dix ambulances supplémentaires avaient été envoyées sur les lieux de l'événement, et un poste de commandement a été érigé pour ne pas nuire aux opérations régulières.