Pour marquer son 60e anniversaire, le Tournoi pee-wee de Québec réalise 60 capsules mettant en vedette de grands noms du hockey. «Nous avons obtenu une collaboration incroyable, note le dg Patrick Dom. On a réalisé à quel point le tournoi a été un événement marquant pour tous ces gens.»

60 capsules pour les 60 ans du Tournoi pee-wee [VIDÉOS]

À l’approche de son 60e anniversaire, le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec a amorcé son décompte menant jusqu’à l’événement.

Plusieurs anciens participants et de grands noms du hockey ont prêté leur concours à la réalisation de ces «60 capsules pour les 60 ans», où ils peuvent y raconter leurs souvenirs, inviter les gens à être de la fête et souhaiter bonne chance à ceux qui vivront l’aventure en 2019.

Déjà, Sidney Crosby, Vincent Lecavalier et Alex Chiasson ont défilé dans ces courts messages diffusés sur le site Internet et la page Facebook du Tournoi pee-wee.

«Nous avons obtenu une collaboration incroyable de tout le monde. On a réalisé à quel point le tournoi avait été un événement marquant pour tous ces gens», explique Patrick Dom, directeur général du tournoi qui se tiendra du 13 au 24 février, au Centre Vidéotron.

Certains ont même répondu à l’appel, malgré le fait qu’ils n’aient jamais participé au tournoi. Crosby en est un bel exemple.

«Le club pee-wee de Crosby n’avait pas été choisi, mais je ne me souviens pas si nous l’avions refusé ou s’il n’avait simplement pas réussi à se classer dans sa région pour représenter les Mooseheads d’Halifax. Mais peu importe, Sidney a accepté sur le champ de dire un mot pour nous», raconte Dom.

Dans son petit mot, le capitaine des Penguins voulait «simplement souhaiter bonne chance à tous les participants, d’apprécier l’expérience et d’avoir du plaisir», pouvait-on l’entendre dire dans la présentation.

Même chose pour Vladislav Tretiak, l’ancien gardien de but de l’équipe nationale soviétique. «Dans son cas, nous l’avions invité pour participer aux festivités du 60e, mais son horaire ne lui permettait pas d’être avec nous. Par contre, il a lui-même demandé ce qu’il pouvait faire pour nous, ce qui montre que le Tournoi pee-wee est vraiment reconnu mondialement.»

Les joueurs et diverses personnalités défileront à tour de rôle jusqu’à la veille de l’ouverture du 60Tournoi pee-wee. Bien sûr, certains joueurs ayant laissé leur marque dans l’histoire du tournoi et du hockey apparaîtront dans le dernier droit.

Seul Kovalchuk a refusé

Dans toute cette démarche, un seul joueur a refusé de participer à ces capsules, soit Ilya Kovalchuk des Kings de Los Angeles. Le souvenir de sa participation au Tournoi pee-wee n’est pas le plus beau de sa carrière, puisqu’il avait été suspendu en raison d’une rare bagarre générale lors d’un match entre le Spartak de Moscou et Detroit Compuware, en 1997.

«J’en suis à mon 28e tournoi, et chaque jour, j’entre à l’aréna le matin pour n’en sortir que tard le soir», raconte Dom. «Ça m’est arrivé une seule fois de m’absenter. Cette année-là, la délégation du Japon avait invité la direction du tournoi à un souper en kimono, où il avait amené leur propre chef, nous avait remis un kimono et réservé un restaurant de la haute-ville. 

«Il a fallu que la seule bagarre générale de l’histoire ait lieu à ce moment... Nous avions suspendu plusieurs joueurs, dont Kovalchuk, alors je peux comprendre qu’il ne garde pas un bon souvenir et je ne lui en veux pas.»

Le Tournoi pee-wee soulignera son 60e anniversaire avec des activités et des événements sous le thème de l’histoire et de la simplicité. L’exposition itinérante du Temple de la renommée du hockey sera en ville pour l’occasion.

«On dit souvent que certaines activités s’adressent aux 7 à 77 ans, et pour nous, ce sera vraiment le cas parce qu’on va faire revivre de nombreux souvenirs», a souligné Dom, en jouant la carte de la discrétion.