L’ambassadeur du Pentathlon des neiges, le comédien Patrice Godin, et la double championne en titre de la Coupe du monde, Lovisa Modig, entourent Amédée Fournier, personnage historique associé à l’événement.

16e Pentathlon des neiges: déjà un record

Un record a déjà été établi au 16e Pentathlon des neiges, et ce, même si l’évènement ne s’amorcera que samedi. Plus de 6100 participants prendront le départ de l’un des 17 défis au programme, soit quelques dizaines de plus qu’en 2019.

«En 16 ans, c’est notre quinzième record», a lancé François Calletta, directeur général du Groupe Pentathlon. On est vraiment, vraiment contents. On est rendu à 6017 inscriptions. Et on a plein d’idées en tête, on a plein de petits projets potentiels en lien avec l’évènement. On travaille uniquement de jour à l’heure actuelle. C’est tellement merveilleux sur les plaines d’Abraham le soir, on pourrait faire des volets de soir, on a de la place. On pourrait se rendre à 8000-10 000 participants. Il n’y a pas de problème. Et ça fait partie de nos objectifs. On veut continuer à croître même si ce n’est pas facile. C’est pourquoi il faut se renouveler et créer d’autres clientèles. 

L’année dernière, nous avons ajouté le volet intégration sociale qui avait accueilli une cinquantaine de participants. Cette année, nous aurons au-dessus de 170 personnes avec déficience intellectuelle ou spectre de l’autisme. Et les aînés sont une autre clientèle que l’on veut travailler. Il y a plein de possibilités encore. C’est notre mission, on veut que les gens s’accaparent l’hiver. Et je pense que l’on réussit. Il y a un engouement.» 

Pour appuyer ses dires, Calletta cite en exemple Charles Pagé qui, depuis 2009, a pris part à 47 défis et qui atteindra le plateau des 50 cette année. Adepte de la bonne condition physique, il faisait du jogging, une activité qu’il faisait même lors de la saison hivernale. Grâce au Pentatlon des neiges, il s’est initié au patinage, au ski de fond et à la raquette.

«Le Pentathlon me permet de profiter de l’hiver. Je me retrouve sur les Plaines deux ou trois fois par semaine pendant la saison hivernale afin de m’entraîner avec des amis et des collègues de travail», a indiqué Pagé, qui travaille aussi comme bénévole au Pentathlon des neiges lorsqu’il n’est pas en piste. 

«Il y a plein d’autres exemples comme Charles», a avoué Calletta. Avec 50 défis, Charles est probablement celui qui en a fait le plus. Mais il y a plusieurs personnes qui participent à trois ou quatre volets par année. Et c’est ça la beauté. Oui, on a une Coupe du monde de triathlon, mais l’ADN du Pentathlon, c’est de démontrer que c’est un évènement accessible à tout le monde. Pour nous autres, le trophée le plus important que l’on décerne, c’est le trophée de la convivialité que l’on remet à l’équipe la plus déguisée, la plus loufoque, qui vient faire le plus le party avec nous autres. C’est ça qui nous drive. 

«Mais on est content de voir le spectacle des élites, car on est conscient que lorsque les gens voient les élites, ils s’identifient à eux autres et par la suite, et ça les motive.»

Calletta a ajouté que c’était aussi le volet de l’élite qui permettait au Pentatlon de faire parler de lui au-delà des frontières. 

«On travaille présentement beaucoup à d’aller chercher la clientèle du reste du Canada, du nord-est des États-Unis et de l’Europe. On veut emmener les gens de partout à venir au Pentathlon et à découvrir notre évènement. Et c’est pour cette raison que l’on offre maintenant la location d’équipement.

Lutte serrée

C’est samedi que s’amorcera le 16e Pentathlon des neiges. Le défi corporatif sera en vedette. Pour une quatrième fois en cinq ans, le comédien Patrick Godin, alias Yanick Dubeau dans la quotidienne District 31, sera sur la ligne de départ aux côtés de Sébastien Delorme, qui joue le rôle de Stéphane Pouliot dans la même série.

L’un des moments forts du Pentathlon des neiges sera présenté dimanche avec la présentation de la Coupe du monde ITU de triathlon d’hiver.

Chez les femmes, la Suédoise Lovisa Modig, qui a gagné la Coupe du monde de 2018 et 2019, défendra ses titres contre Ariane Carrier, la championne de 2017.

«Ariane a raté les deux dernières Coupes du monde parce qu’elle a eu un enfant. On a hâte de voir le clash entre elle et Modig», a mentionné Calletta.

Chez les hommes, l’ex-biathlonien et triple champion en titre Maxime Leboeuf sera de nouveau le favori. Un Suédois et un Autrichien seront cependant à surveiller.

«Même si je pense que Maxime est encore intouchable, mais c’est une question de temps avant que les autres viennent le chercher», a conclu le dg.