1300 jeunes en vedette au basket!

C'est désormais une tradition de l'après-temps des Fêtes. La 23e Classique Parmalat-Lactantia se met en branle vendredi, avec plus de 1300 jeunes basketteurs québécois en vedette.
D'ici dimanche, 100 équipes de sept catégories scolaires - secondaire et collégial - s'affronteront sur 12 terrains du PEPS, du Séminaire Saint-François, de l'école De Rochebelle et du Cégep de Sainte-Foy. La moitié de ces formations proviennent de la région de Québec. L'autre moitié, du reste de la province. Seules la Gaspésie et la Côte-Nord ne seront pas représentées lors de ce tournoi, anciennement appelé Classique de Québec.
Les jeunes sportifs pourront aussi assister aux deux rencontres du Rouge et Or, vendredi soir, au PEPS. Femmes et hommes lavallois y affronteront leurs ennemis jurés de McGill, à partir de 18h.
La Classique a été créée pour faire la promotion du basketball dans la région et la province de Québec, mais elle sert aussi d'activité de financement et de promotion pour les formations de l'Université Laval. L'entrée coûte 5 $ par journée de compétition et 8 $ pour toute la fin de semaine. L'entraîneur-chef de l'équipe masculine, Jacques Paiement fils, organise d'ailleurs l'événement pour une septième année.
Alimenter le rêve
«On veut montrer que le Rouge et Or est atteignable. Ça permet aux jeunes d'avoir un objectif, d'avoir des rêves. Les étudiants-athlètes sont un peu les idoles des jeunes basketteurs de la région. Ça leur permet de les côtoyer», a expliqué Paiement, jeudi. Joueurs et joueuses du Rouge et Or travailleront d'ailleurs toute la fin de semaine, entre autres comme arbitres et officiels pendant les matchs des plus jeunes. 
Cette activité a aidé à développer l'élite dans la région, croit Paiement. «Au moins la moitié de nos athlètes [chez le Rouge et Or] cette année ont participé à la Classique dans les années antérieures», illustre-t-il. «Ça fait partie de l'arsenal qu'on a pour faire la promotion du basket et développer les jeunes.»
Les deux équipes du Rouge et Or présentent des fiches identiques de 4-1 jusqu'ici cette saison. Leur état d'esprit n'était toutefois pas le même, jeudi après-midi. Les hommes savouraient une brillante victoire de 70-63 acquise à McGill la veille, tandis que les filles, premières au Canada, se relevaient d'une défaite de 50-42 contre la puissante université anglophone. Les quatre formations remettent ça, vendredi soir.