Bonano Beugre Grenago (à gauche) et Kevin Cossette (à droite) seront en terrain familier au Match des étoiles de la Première ligue de soccer du Québec, eux qui joueront sous les ordres de leur entraîneur chez le Dynamo de Québec, Edmond Foyé.

12 Dynamo seront du Match des étoiles

Bonano Beugre Gnenago est passé d’attaquant à défenseur, l’an dernier. Et le voilà déjà étoilé à sa nouvelle position! Il fait partie des 12 membres du Dynamo de Québec invités au Match des étoiles de la Première ligue de soccer du Québec (PLSQ), le 30 juin, à Laval.

Gnenago s’adapte bien aux changements. Sur le terrain comme dans la vie. L’athlète de 24 ans a évolué dans les rangs professionnels en Côte d’Ivoire, son pays natal, et en Afrique du Sud, avant d’atterrir au Québec, il y a quatre ans.

«Je ne suis pas vraiment surpris de cette sélection. C’est le fruit de mon travail, je savais que ça allait arriver», commente avec humilité celui qui a marié une Québécoise et qui combine ses heures de soccer semi-pro au sein du Dynamo avec un boulot en sécurité chez Garda World.

Mais ce Match des étoiles s’avère une vitrine intéressante pour lui et ses coéquipiers Samuel Georget, Kevin Cossette et Bastien Aussems, aussi sélectionnés pour affronter les meilleurs représentants de la League One ontarienne. Georget et Cossette, deux milieux de terrain, sont choisis pour une deuxième fois en deux saisons d’existence du club. Aussems est attaquant.

Vitrine pour les pros

À Laval, des représentants des futurs clubs de la Canadian Premier League (CPL) professionnelle à naître l’an prochain seront sur place à des fins de recrutement. Calgary, Edmonton, Winnipeg, York et Halifax ont déjà confirmé leur présence pour le lancement de 2019. Une rumeur circule qu’un ou des groupes d’affaires de Québec seraient intéressés à se lancer dans l’aventure de la CPL, mais pour l’instant rien de concret n’a transpiré.

Le quatuor de Québec ne sera pas trop dépaysé avec Edmond Foyé comme entraîneur-chef des étoiles, puisqu’il s’agit du sélectionneur du Dynamo. Il ne devait être qu’adjoint à cause du deuxième rang de son équipe l’an passé, puis Foyé a hérité de la plus haute responsabilité parce que son homologue de l’AS Blainville, équipe championne de 2017, Emmanuel Macagno, n’a pas été en mesure de se libérer de ses obligations de pharmacien.

Il faut dire qu’en plus de la PLSQ, Blainville participe au Championnat canadien des clubs où ils affrontaient justement mercredi soir le Fury d’Ottawa, un club de USL.

Malgré le lent début de saison de ses protégés (2-2-3), Foyé voit grand pour lui et ses hommes, qui viennent de coller deux victoires. Deux victoires sans encaisser de but, ce qui permet d’«enfin voir les joueurs qui respirent bien», dit Foyé. «Ce que fait Blainville cette année nous donne des envies pour l’an prochain», affirme de plus le coach.

Sept filles brillent

Côté féminin, sept porte-couleurs de la formation de Québec sont récompensées pour le bon début de leur saison inaugurale, alors qu’elles dominent le classement des cinq équipes avec une fiche sans défaite de 3-2-0.

Une huitième pourrait être appelée en renfort advenant un désistement ailleurs. C’est plus du tiers des effectifs québécois de 22 joueuses qui affronteront les étoiles ontariennes. Pas loin du onze partant au complet. Le Dynamo s’avère sans surprise la formation la plus étoilée dans le volet féminin.

La gardienne Marie-Joëlle Vandal, l’arrière Marie-Sandra Ujeneza, les milieux Gabrielle Carle, Dominique Fortin et Ariane Langlois, ainsi que les attaquantes Evelyne Viens et Mireille Patry ont été nommées pour représenter la PLSQ féminine. Patry manquera toutefois à l’appel, elle qui sera au Vietnam.