Vapotage: pas encore assez de prévention

En réaction à la chronique «Vérification faite: le vapotage, aussi dangereux qu’on le dit?» du journaliste Jean-François Cliche parue le 20 novembre

Je suis inhalothérapeute depuis 20 ans à l’IUCPQ. Personnellement, avec mes observations durant toutes ces années, les dommages liés à la cigarette, quand ils disent qu’après tant de temps, les poumons redeviennent normaux, ce n’est pas vrai! On a des nouveaux diagnostics de MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique qui inclut l’emphysème et la bronchite chronique) presque chaque jour, et ce après même 20-40 ans de cessation!

Saviez-vous qu’au début, la cigarette était recommandée par les médecins pour certains cancers? Aujourd’hui, on se bat tous les jours pour que les patients cessent la cigarette.

Je crois fermement que c’est ce qui se passera avec la cigarette électronique. Ces produits ne sont pas faits pour être inhalés et, tôt ou tard, nous en paierons le prix!

La e-cig est tout aussi addictive que la cigarette. Le gros problème, c’est que les gens croient qu’ils sont corrects avec le vapotage.

Un autre exemple : le pot. Savez-vous qu’il y a beaucoup de cas d’intoxication depuis la légalisation?

On a un bon système de santé qui est en train de s’épuiser à cause du nombre de patients qui augmente! On a peine à recruter, car les gens souhaitent de moins en moins travailler en santé à cause des conditions de travail. Et ça ne s’en va pas vers le mieux... On est déjà en manque de personnel.

Ce que je trouve déplorable, c’est que pendant ce temps, les gens se rendent malades pour le plaisir de fumer ou vapoter, car ils sont dépendants!

Il n’y a pas encore assez de prévention!