Une triste Commission

L’Étude détaillée des 275 articles du projet de loi 17 Loi concernant le transport rémunéré de personnes par automobile s’annonce d’une tristesse infinie.

L’industrie mourante du taxi assiste au démembrement progressif de tout ce qui faisait la qualité de leur «profession», des règlements qui assuraient la sécurité de leurs passagers, comme la valeur de la 4C, de la plaque T, etc. Pour la «rentrée des personnes handicapées dans le projet de loi», deux articles les identifient et décrivent ce qu’est un véhicule adapté. 

Mais cette description n’est même pas à la hauteur des gains obtenus, décrite dans l’article 22 du Règlement sur les services de transport par taxi de 2016, et décrite dans les Programmes de subventions aux taxis adaptés depuis plus de 15 ans. 

Et pour l’obligation qu’il y ait un pourcentage minimum de véhicules adaptés pour les entreprises (art. 63 id.), qu’on appellera maintenant des répondants, rien d’annoncer. Triste Commission… pour ceux et celles qui observent cette destruction lente point par point, mot par mot, d’une entreprise québécoise, impliquée dans son milieu et aimée. Pourquoi ce projet de loi? Ces gains perdus, ces efforts de modernisation non reconnus, toutes ces personnes qui ne comprennent pas pourquoi…

France Croteau
Coordonnatrice du RUTASM