Une nomination partisane au CHU

On vient d’apprendre que la CAQ se départit sans vergogne de Mme Gertrude Bourdon, une remarquable gestionnaire de la santé, probablement la plus remarquable que le Québec moderne n’ait jamais connue. Mme Marois, M. Lisée, M. Couillard et, oui, M. Legault lui-même l’ont tous sollicité dans l’espoir de la nommer ministre de la Santé un jour.

Vous n’avez qu’à vous promener dans les couloirs du CHU de Québec pour vous rendre compte que tous les corps de métier l’ont chaudement appréciée pour sa facilité d’accès, son écoute et sa promptitude à régler les dossiers, ce qui constitue une rareté dans le domaine de la gestion. Ses réalisations témoignent également des qualités exceptionnelles de cette grande dame. Il n’y a qu’à consulter son CV pour mesurer toute l’étendue de ses formidables capacités.

Aucune raison, hormis la partisanerie, ne peut justifier la CAQ de ne pas reconduire le mandat de Mme Bourdon au CHU de Québec…, surtout pas le bien-être de la collectivité. Honte à vous, Monsieur Legault de priver le Québec d’un tel atout tout en proclamant haut et fort la fin des nominations partisanes!

Maurice Gagnon
Québec

***

ET LE TRANSPORT EN COMMUN?

En réaction au texte «Les élus de l’île d’Orléans doivent changer de stratégie» paru le 27 novembre

M. Gilbert Lacasse invite les élus de l’île d’Orléans à changer leur stratégie concernant l’emplacement du troisième lien à l’est. Il s’appuie sur l’étude de 2011 qui informe sur la provenance des automobilistes de la rive sud qui se dirigent vers Québec. Cette étude, remise à jour en 2017, devrait être rendue publique bientôt. Nul doute qu’elle viendra confirmer une circulation plus abondante à l’ouest et, en conséquence, le pont devrait être logiquement construit à l’ouest de Lévis, non à l’est.

Avec sagesse, M. Lacasse ajoute « si celui-ci doit être construit». Il termine en invitant nos élites politiques à épuiser d’abord «toutes les mesures possibles pour réduire la congestion automobile avant d’adopter une solution aussi extrême et coûteuse qu’un lien sous-fluvial, un pont et de nouvelles infrastructures routières adéquates».

De son coté, M. Éric Caire déclare péremptoirement que le débat du troisième lien a été fait et reproche à Québec solidaire de vouloir entrer dans le débat après l’élection et que la population de Québec a déjà tranché. Il ajoute que son gouvernement a toute la légitimité pour aller de l’avant avec ce projet. M. Caire, vous et votre équipe, avez-vous déjà pensé à un transport en commun qui pourrait répondre aux besoins actuels et futurs des usagers? Juste pour voir ce que ça donnerait.

Yvon Dubuc
Québec