Le palais de justice de Québec

Une journée au palais de justice

POINT DE VUE / Jeudi 23 janvier, je suis allé entendre les dernières plaidoiries dans le dossier des réclamations citoyennes en lien avec «l’affaire des poussières rouges».

Première surprise. Dans toute cette histoire, ce ne sont pas les citoyens de Limoilou qui sont les véritables victimes, du moins selon la prétention de la partie défenderesse. C’est plutôt cette pauvre Arrimage Québec qui, traquée de toutes parts par Véronique Lalande, aurait vu son image corporative profondément ternie. Oublions qu’en 2017, elle s’est déclarée coupable de plusieurs chefs d’accusation de fraude fiscale après avoir tenté d’éviter de verser au fisc plus de 3,8M$. 

Seconde surprise. Les poussières de nickel et autres substances minérales qu’on retrouve sur les balcons de Limoilou ne proviendraient absolument pas des gigantesques monticules de minerai d’Arrimage Québec au moment de grands nordets. Elles ne résulteraient pas davantage des opérations de transbordement à ciel ouvert. Elles seraient plutôt reliées aux épandages d’abrasifs sur l’Autoroute Dufferin-Montmorency au cours des mois d’hiver. Pour en établir une démonstration béton, les avocats ont déposé en Cour une liasse d’études truffées de graphiques et de statistiques tout en couleurs démontrant que des substances présentes dans les monticules d’Arrimage Québec se retrouvent tout autant dans ces substrat d’abrasifs. Ce sont elles les coupables. 

Qui peut avaler de tels inepties? Après avoir été lessivées par les neiges fondantes et fortes pluies, les poussières minérales associées à ces abrasifs n’auraient pas, comme le veut la logique, pris le chemin des canalisations pluviales. Non, elles resteraient fidèlement collées au substrat jusqu’à ce qu’elles soient dispersées en panaches sous l’action des balais mécaniques lors du nettoyage de l’autoroute, en mai. Et ce n’est pas tout. Une autre partie des poussières, prétend-on du côté du Port, serait le fait d’une lente érosion éolienne de vieux parements de briques, pierre ou de béton du secteur. Rien de moins.

Vraiment instructive cette journée.