Une autre bataille ne nous épuisera pas

Lettre au ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Je viens vous informer de notre détresse. Devons-nous monter aux barricades encore une fois pour défendre nos droits?

Nous sommes allés en Cour Supérieure en 1981 pour faire respecter les droits de notre fils autiste, Jason-Daniel McMillan, à qui on refusait le droit à l’école malgré le fait que le ministère de l’Éducation avait produit un document puissant, «L’École québécoise», sur l’intégration des personnes handicapées. Nous avons gagné. Notre cas a fait jurisprudence pour d’autres enfants même si encore aujourd’hui tout n’est pas facile pour bien des familles. Alors une bataille de plus ne nous épuisera pas.

Nous avons le même médecin depuis 1983 et elle prendra sa retraite à la mi-décembre. Personne pour la remplacer. Deux autres médecins partent à la retraite et trois autres vont en congé de maternité dans la même clinique. Nous serons environ 8000 patients orphelins. Si vous ne trouvez pas cela tragique, il y a un problème réel au ministère.

Votre ministère contrôle l’accès à la pratique en limitant le nombre de licences à accorder (PREM). Nous produisons un nombre suffisant de médecins, mais ils quittent le Québec pour aller pratiquer ailleurs, n’ayant pas leur PREM. C’est scandaleux.

M. le Ministre, vous avez dit que nous aurons tous un médecin de famille. Vous avez l’entière responsabilité de remédier à cette situation et de nous assurer des soins accessibles. Nous avons de magnifiques centres de santé comme le CHUM et le CUSM, même trop luxueux à mon goût, mais il faudrait peut-être se préoccuper des patients et d’avoir un nombre adéquat de médecins.

Je ne désire pas de vous une banale réponse me disant que l’on se préoccupe de la situation, mais bien des actions concrètes et rapides. Des gens vivent présentement un stress insupportable et il est de votre devoir d’agir rapidement.

Doris H. McMillan, Dollard des Ormeaux