Les citoyens qui ont participé à la séance d’information de la section centrale du tramway sont repartis déçus, de nombreuses questions demeurant en suspens, écrit l'auteur de cette lettre d'opinion.

Un tramway dans le brouillard

POINT DE VUE / Le projet de tramway a un sérieux problème de tracé. Les trois séances d’information tenues au cours des derniers jours démontrent en outre qu’il est rattrapé par l’improvisation qui a marqué son lancement.

Les employés de Revenu Québec à l’édifice Marly — il seront bientôt 5000 — devraient pouvoir prendre le tramway, c’est une évidence. Les explications tortueuses et changeantes du président du RTC, Rémy Normand, ne convainquent pas. S’il fallait refuser le transport en commun dans les zones avec peu de passagers en dehors des heures de pointe, il faudrait retirer bien des circuits d’autobus.

Le choix de passer sur la 1re Avenue dans Limoilou laisse pantois. La rue est très étroite et les citoyens du quartier ont raison de s’inquiéter pour leur espace vital. On a appris qu’il faudra sans doute doubler le pont Drouin et prendre une courbe très prononcée avant de filer au centre-ville.

Un goulot d’étranglement se profile à l’entrée du tunnel de 2,5 km sur de la Couronne. Les images de la Ville montrent une seule voie automobile en descendant la côte d’Abraham!

Les citoyens qui ont participé à la séance d’information de la section centrale sont repartis déçus, de nombreuses questions demeurant en suspens. Combien d’expropriations, quelle est la profondeur du tunnel, tunnelier ou creusage traditionnel, comment se fait le déneigement, quel est le bruit et la vibration produits par le passage du tramway, combien de traverses seront aménagées sur René-Lévesque pour éviter que le quartier Montcalm ne soit coupé en deux. Bien des questions légitimes demeurées en plan ou enveloppées dans un jargon bureaucratique incompréhensible.

On a peu parlé des coûts d’exploitation du tramway et les explications sibyllines de Rémy Normand n’ont pas dissipé les doutes. À ce propos, l’attitude hautaine du principal porte-parole du projet hérisse bien des citoyens.

Au cours de ces séances, on dirige les gens qui ont des questions précises à participer à des «comités de bon voisinage» pour être, enfin, informés.

Rappelons que la Ville a modifié le tracé du tramway aux deux extrémités (Sainte-Foy et Charlesbourg) pour des raisons techniques il y a quelques jours. Soudainement, ce n’était plus faisable de gravir une côte ou de se rendre au Phare. Étrange pour un projet sur la table à dessin depuis dix ans.

Lancé sur un coup de tête, le projet de tramway avance, mais les citoyens demeurent après ces trois séances de promotion (et non d’information) dans le brouillard.