Un coquelicot blanc

À part les élus de Québec solidaire, quels politiciens ont arboré le coquelicot blanc en mémoire des victimes militaires mais aussi civiles des guerres?

Porter le coquelicot blanc témoignerait de la sensibilité de nos élus à l’égard des victimes civiles, ces êtres humains qu’on qualifie, irrespectueusement, de «dommages collatéraux». Depuis 1945, les conflits continuent d’embraser la planète.

Il y a de quoi s’inquiéter en raison des tensions qui existent entre les États-Unis et la Corée du Nord. Au moins, quelques organismes ne lâchent pas prise et luttent avec vigueur pour l’abolition des armes nucléaires. Les membres de International Campaign To Abolish Nuclear Weapons (ICAN) méritent amplement leur prix Nobel de la paix.

En terminant, Justin Trudeau, Philippe Couillard et Valérie Plante ont entre leurs mains un véritable coquelicot blanc. Je le sais, c’est moi qui leur ai fait parvenir.

Martine Lacroix, Montréal