Un Bye Bye bienvenu

Les Bye Bye me déçoivent 19 fois sur 20, mais je dois avouer que la cuvée de 2019 a été bonne.

Pourquoi ? Essentiellement parce que l’équipe a rompu avec le travers imbuvable des égoportraits affligeant le très petit monde de la variété à la télé. Cette fois, les quelques sketches tournant autour du petit écran, comme celui intitulé Tout le monde invite tout le monde, étaient pertinents et drôles. Il m’a semblé que les scénaristes s’étaient concentrés sur les événements dignes d’intérêt. J’aurais personnellement préféré plus de sketches touchant à l’international, mais, incompréhensiblement, ce sujet ne semble pas être prisé dans cette émission. Malgré tout, je dis bravo.

J’ai aussi vu la séquence d’après Bye Bye au cours de laquelle les acteurs évoquent les raisons pour lesquelles ils ont accepté de participer. Or, pas un seul n’a parlé du cachet, qui devait pourtant être appréciable, et aussi du coup de pouce que donne une participation à cette revue annuelle ultra-populaire à la carrière d’un comédien.

La palme du meilleur sketch dans les émissions de fin d’année revient à mon avis à celui traitant des inondations du printemps dans Infoman 2019, sur des airs de la célèbre comédie musicale «Les parapluies de Cherbourg», avec notamment Diane Tell, à la voix d’or. Le texte était parlant et les rimes tombaient parfaitement. Franchement, un petit chef-d’œuvre du genre.

Sylvio Le Blanc
Montréal