Un autre son de cloche sur le Centre d’hébergement Saint-Antoine

En réaction à la chronique de Mylène Moisan «On est à bout de souffle» du jeudi 27 février

Tout d’abord, je veux vous féliciter pour tous les articles que vous rédigez dans vos chroniques et je les lis toujours avec beaucoup d’intérêt. Ils font régulièrement avancer les choses.

Pour ce qui est de l’article du 27 février 2020 concernant les soins prodigués au Centre d’hébergement Saint-Antoine, je voudrais apporter un autre point de vue. Ma mère a 97 ans et a été diagnostiquée Alzheimer il y a quelques années. Par bonheur, elle nous reconnaît encore. Elle a été transférée au centre Saint-Antoine depuis le 8 août 2019. Elle y reçoit d’excellents soins, le personnel est très compétent et dévoué et nous sommes informés de tous les changements qui lui arrivent. Ma maman nous dit qu’elle est heureuse, que le personnel est très gentil, elle reçoit des soins d’hygiène quotidiens, elle sent bon et ses vêtements sont propres. Ses repas sont supervisés par une diététicienne, car elle a des restrictions alimentaires. Nous la visitons souvent et à des moments différents et tout est toujours impeccable. Le centre dispose de tous les équipements nécessaires contrairement à son ancienne résidence privée.

C’était très dispendieux et les services laissaient à désirer. Manque flagrant de personnel, donc souvent de nouveaux préposés. Il n’y avait pas de diététicienne pour superviser les repas. À la fin de son séjour, elle était lavée à la débarbouillette parce que trop faible pour prendre un bain. Elle a été hospitalisée trois fois en une semaine, car le personnel de la résidence n’était pas en mesure de la soigner. Les préposés faisaient leur possible, mais ils n’étaient pas assez nombreux. Toute une différence avec ce qu’elle vit présentement.

Toute ma famille est très reconnaissante envers le personnel du Centre d’hébergement Saint-Antoine et depuis qu’elle y vit, nous pensons sincèrement qu’elle y est très heureuse grâce aux bons soins et à la bienveillance du personnel en place. Merci de me lire et j’espère que mon article sera publié pour encourager le personnel qui fait plus que son possible.

Mot de Mylène Moisan

Merci beaucoup pour ce témoignage positif, il est tout aussi important de souligner les bons coups que les moins bons. Et cela démontre que, dans un même établissement, selon l’étage ou l’unité, on peut trouver le pire et le meilleur.