Un troisième lien à Québec est essentiel, selon l'auteur de cette lettre d'opinion.

Troisième lien: le temps d’agir, et vite

Nous apprenons que le nombre de véhicules qui emprunteraient le troisième lien, à l’est de Québec, ne justifie pas le montant qu’il faudrait y investir. Déjà des personnes, surtout des Montréalais sans doute, affirment que ce budget devrait servir au projet de la création de la ligne rose à Montréal.

Je trouve que Montréal a eu et a toujours des sommes considérables pour ses infrastructures. Pour une fois qu’un projet majeur est prévu pour Québec, ce serait catastrophique qu’il nous échappe. Un troisième lien à Québec est essentiel et nous en avons besoin rapidement.

D’ici son inauguration, la congestion aura encore augmenté. Il faut refaire les calculs concernant l’achalandage à l’ouest et prévoir ce qu’il sera dans 20 ans. Il est certain que le problème se situe à l’ouest de Québec.

La thèse du maire Labeaume semble reprendre de la valeur. Est-ce qu’un troisième pont à proximité des deux autres serait la solution la moins dispendieuse? Je suis allé à Disney World en automobile, il y a plusieurs années. Il restait encore quelques milles à franchir avant d’y arriver. C’était du pare-chocs à pare-chocs. Je me suis dit qu’il faudrait user de patience, que ce serait très long, mais à ma grande surprise, plus on avançait, plus la vitesse augmentait. Je ne comprenais pas. Mais en arrivant, j’ai constaté qu’il y avait une dizaine d’entrées, d’où la fluidité.

Chez nous, c’est le contraire. C’est un goulot. Plusieurs entrées, deux seules sorties seulement. Il est urgent d’ajouter une troisième sortie.

Les routes qui y donnent accès n’auraient pas besoin de changements. Ce pont devrait, comme le pont de Québec, être doté d’un système lumineux pour faire alterner le nombre de voies disponibles dans chaque direction, selon les heures de pointe.

Plus on attend, plus les coûts vont augmenter. C’est le temps d’agir, et vite.