Trans Mountain et… les énergies propres

Le premier ministre Trudeau a fait son nid : l’élargissement du pipeline TransMountain est non négociable.

Toutefois, il y a un hic qui n’est pas minime : le Nouveau Parti démocratique, le Bloc québécois et le Parti vert sont tous trois d’avis que l’expansion de TransMountain devrait être abandonnée. Toutefois, pour dorer la pilule, le gouvernement Trudeau prévoit de tirer du pipeline des revenus de 500 millions $ par année, une somme qui serait investie dans des sources d’énergie propres, notamment dans la plantation de millions d’arbres d’ici dix ans.

Le «mariage forcé» entre TransMountain et les énergies propres, probablement tributaire d’une forme de dédommagement envers l’Alberta et la Saskatchewan qui ont complètement balayé les libéraux de leur territoire au dernier scrutin, me paraît un deal risqué, notamment eu égard à la désaffection exprimée fortement par le NPD qui détient la balance du pouvoir de même que par le Bloc et le Parti vert. Somme toute, Justin Trudeau utilisera les profits engendrés par une source de pollution pour lutter contre cette même pollution… Pour le moins antinomique comme stratégie, non?

Henri Marineau
Québec