Tramway vs voiture : un débat dépassé

POINT DE VUE / Pour bien des gens, le sujet du débat se résume ainsi : l’automobile est néfaste pour l’environnement et une nuisance pour les villes; seuls les moyens de transport collectifs permettront de nous sortir du cercle vicieux de l’encombrement urbain et de la pollution.

L’automobile pollue et produit du CO2. En grand nombre, elle nous oblige à réserver une importante partie de notre territoire et de nos ressources pour sa circulation et elle est une source importante de bruit. Pire encore, elle en est venue à façonner l’urbanisme et à ségréger nos villes en sous-secteurs, augmentant ainsi le besoin de franchir des distances de plus en plus importantes entre nos lieux d’habitation, de travail, d’enseignement, de commerce et de santé, augmentant ainsi notre désir d’y avoir recours.

Le monde change. L’automobile telle que nous la connaissons n’existera plus dans 30 ou 50 ans. L’électrification des transports est une réalité qui, bien qu’elle avance actuellement à pas de tortue, finira par devenir la norme. Les véhicules autonomes aussi, et ce sont eux qui vont réellement tout chambouler. Des véhicules familiaux ou partagés qui viendront chercher leurs passagers et qui seront en constant déplacement au cours d’une journée changeront de fond en comble nos habitudes de déplacement. Le «transport» pourra enfin devenir vraiment collectif, en ce sens qu’il aura à terme la granularité fine nécessaire pour vous déplacer du point A au point B sans vous obliger à faire une partie du chemin à pied, au froid ou dans les bancs de neige et avec armes et bagages, pour y rejoindre son point de service. On n’aura plus à le conduire et à le laisser poireauter dans le stationnement de notre lieu de travail toute une journée, alors que le conjoint ou les enfants pourraient en bénéficier à leur tour. Le fait que personne n’aura à le conduire le rendra collectif, même s’il ne peut transporter que quelques personnes à la fois.

Dans cette perspective de changements fondamentaux, le débat automobile-tramway est déjà futile et dépassé. Planifier, c’est aussi anticiper les changements et on devrait d’ores et déjà accepter que la révolution des transports qui s’amorce va changer nos vies, au même titre qu’Internet et les téléphones intelligents. Il faut, pour y arriver, sortir de notre état d’esprit actuel, passablement enfumé par la boucane des pots d’échappement, et cesser d’imaginer que nos enfants et nos petits-enfants auront toujours le goût de perdre du temps à conduire et à «peser su’l gaz» pour se déplacer.