Sol Zanetti et Catherine Dorion
Sol Zanetti et Catherine Dorion

Tramway: Québec solidaire...ordinaire

Brigitte Therrien
Québec
Claude Racine
Québec
POINT DE VUE / En réaction au Point de vue «Tramway: la CAQ à côté de la traque» de Catherine Dorion et Sol Zanetti paru le 13 août

Mme Catherine Dorion, M. Sol Zanetti,

Nous prenons connaissance, ce jeudi 13 août, dans Le Soleil, de votre point de vue sur le projet de tramway de la Ville de Québec. Nous sommes, malheureusement, très déçus de votre position à la sauce petite-politique consistant à mettre tous les torts sur le dos de la CAQ. «CAQ à côté de la traque?» Québec Solidaire ordinaire.

Pas un instant vous ne remettez en question le projet présenté. Se pourrait-il que le manque d’expertise de la Ville soit en cause non seulement dans la mauvaise estimation des coûts, mais aussi dans la piètre qualité du projet de tramway lui-même? Projet dont nous avons découvert la «véritable» nature grâce aux consultations menées par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Que M. Labeaume, dans son empressement à obtenir du financement, ait émis le souhait de sauter cette étape, voilà quelques mois, n’éveille chez vous aucun soupçon?

Nous avons pris connaissance de la carte des expropriations et des servitudes parce que le BAPE a exigé qu’on la rende publique. C’est dire la préoccupation de la Ville pour ses citoyens. Nous avons appris, au cours des dernières semaines, que 1700 arbres devront être abattus. Pas de petits arbustes, des arbres géants. Nous convenons pourtant tous qu’il faut augmenter la canopée dans la ville pour éviter les îlots de chaleur. Vous savez bien qu’on ne remplace pas un érable centenaire par deux lilas japonais. Nous avons appris, par ricochet, que la présence de feuilles sur les rails du tramway pouvait poser problème. Et quoi encore? Des zones résidentielles et des points stratégiques non desservis, des arrêts peu accessibles, des résidents exposés au bruit, des quartiers coupés en deux, une ville défigurée.

Pourquoi ne pas reconnaître que ce que nous avons sous les yeux n’est pas un projet d’avenir? Qu’il s’agit d’un mauvais projet. D’un travail bâclé. Quel prix devrions-nous payer pour pouvoir accorder un contrat à Bombardier? Pourquoi nous enfoncer ce projet dans la gorge et agir dans l’urgence? Pourquoi la Ville de Québec veut-elle aller de l’avant avec un projet charcuté, sachant qu’il n’ajoute rien au réseau de transport en commun actuel? Parce qu’il y aura des élections en novembre 2021? Petite politique, encore une fois. Pourquoi ne pas se remettre à la planche à dessein? Et pourquoi pas des autobus électriques et la gratuité du transport en commun? Voilà une proposition solidaire.

Entre l’idée d’un projet de transport structurant, que vous défendez, et le projet de tramway qui nous pend au-dessus de la tête, il y a un monde. Nous ne comprenons pas votre empressement. D’autant plus que l’héritage laissé par M. Labeaume n’est pas des plus reluisants: Centre Vidéotron, Grand Marché...