L'Héritage 1, le navire qui assure le lien entre Trois-Pistoles–Les Escoumins

Survie du traversier Trois-Pistoles–Les Escoumins: pour une approche responsable

POINT DE VUE / Le cabinet du ministre des Transports du Québec confirmait tout récemment que le gouvernement ne subventionnera pas les travaux de l’Héritage 1, le navire qui assure le lien entre Trois-Pistoles–Les Escoumins. Il serait considéré comme un «bateau en fin de vie». Une question me vient à l’esprit : est-ce la fin de ce lien maritime entre les deux rives Bas-St-Laurent–Côte-Nord?

Ce traversier existe depuis des décennies. Au cours des années 50, on le surnommait le bateau de la malle (mail) car il assurait notamment la livraison du courrier entre les deux rives. De plus, souvenons-nous que les premières excursions aux baleines à l’embouchure du Saguenay furent initiées par ce traversier. Il a aussi été à l’origine du titre d’un téléroman qui a marqué l’image télévisuel du Québec (L’Héritage de VLB).

Trois-Pistoles est à l’image des villages régionaux qui se prennent en main pour attirer l’attention sur leurs particularités et les avantages d’y séjourner et d’y vivre. On y retrouve une école d’insertion de la langue française unique au Canada depuis 1833. Boucar Diouf et Fred Pellerin ont fait leurs premières armes au Rendez-vous des grandes gueules, une activité courue par de nombreux touristes français et de partout en Europe, et beaucoup plus encore.

Les touristes qui visitent Tadoussac empruntent régulièrement le traversier reliant Les Escoumins à Trois-Pistoles, découvrant l’immensité de l’estuaire maritime du Saint-Laurent, ses îles, ses mammifères marins, sa faune ailée, ses paysages afin de poursuivre leur périple vers la Gaspésie après un arrêt à Trois-Pistoles. Une retombée économique essentielle pour ce village typique du Bas-St-Laurent.

Le traversier Escoumins–Trois-Pistoles est plus qu’une traverse secondaire, c’est un lien essentiel pour les régions, pour le Québec, aux plans économique, social, patrimonial, touristique et culturel. Les acteurs régionaux se mobilisent actuellement proactivement et le gouvernement québécois doit poser des gestes concrets pour sa survie.

Il serait dommage que les investissements de 18 millions $ que le fédéral a investi au cours des dernières années pour la réfection des quais de Trois-Pistoles et des Escoumins ne servent qu’aux pêcheurs d’éperlans. Adoptons une approche responsable en respect du dynamisme des régions du Québec.