Manifestation lors de la première du spectacle, le 26 juin, à Montréal

«SLĀV»: créer un monstre

L’attitude de ceux qui ont traité de racistes Robert Lepage, Betty Bonifassi, le Festival international de jazz de Montréal, et le TNM risque d’avoir pour effet de discréditer les groupes qui combattent le vrai racisme et qui viennent en aide aux immigrants.

Même ceux qui n’ont pas été associés à cette vendetta en subiront les conséquences, car on ne les écoutera plus. Leurs demandes légitimes risquent de passer pour du pleurnichage d’exaltés qui voient le mal partout, même dans la main tendue des Québécois, notamment quand cette main tendue est blanche et francophone. 

Quand nous tendons la main, comme le font tous les progressistes de ce pays et la vaste majorité des mes concitoyens de toutes allégeances et qu’on nous crache au visage de telles insultes et qu’on le fait à répétition, on fini par être plus réservé, par attendre de savoir si on a affaire à un être humain qui veut se joindre à nous ou à un enragé qui nous prends pour des racistes et des demeurés sans même connaître notre langue...

À plus long terme, leur attitude permettra malheureusement de grossir les rangs de ceux qui veulent carrément tourner le dos à l’immigration. À force de traiter les meilleurs d’entre-nous de racistes, de chercher toujours et partout une manifestation de racisme dans tout ce qui est québécois, ces gens finiront par semer les germes nauséabonds desquelles émergera un Le Pen ou un Trump. 

Alors là, ils les auront leurs racistes qu’ils pourront dénoncer à souhait, mais il sera trop tard et c’est nous tous qui serons pris avec leur monstre, celui qu’ils auront créé.

Sylvain Sauvé, Québec