Santé mentale: si j’avais été prise à temps

En réaction à la chronique «Santé mentale: ne rien faire coûte cher» de Brigitte Breton, publiée le 6 février.

Je suis un bel exemple. J’étais comptable. Choc post-traumatique non traité à temps et je dois, cinq ans plus tard, toujours me battre pour recevoir des traitements adéquats.  Si j’avais été prise à temps par le système de santé et la CNESST, je pense pouvoir affirmer qu’aujourd’hui je ne serais pas invalide à vie.  Mon choc est devenu chronique et je présente de gros troubles d’adaptation, des troubles anxieux généralisés, je fais de la fibromyalgie sévère. Pour le reste de ma vie, en plus de me sentir inutile, vieille dans un corps de jeune, vous tous qui payez des impôts comme j’en ai payé, allez devoir payer pour moi maintenant et jusqu’à ma mort. Si vous saviez à quel point j’aimerais être capable de me réaliser en allant travailler. Surtout que j’avais effectué un retour sur les bancs d’école à 34 ans à l’université en Sciences comptables afin de m’offrir une meilleure qualité de vie pour mon fils et moi. Le gouvernement devrait faire des choix à moyen et long terme.

Christine Dargis
Ex-comptable

+

Jack «M. Tennis» Hérisset

Jack Hérisset a annoncé sa retraite à 76 ans. Tous saluent sa brillante carrière dans le tennis. Jack a également laissé sa marque dans d’autres sphères sportives. Au cours des années, il a participé activement à la candidature de Québec pour les Jeux olympiques de 2002 et œuvré à la venue de différentes compétitions internationales. Il a été un des plus fiers ambassadeurs de Québec, un fidèle partenaire et un camarade très agréable à côtoyer.La rigueur, le sens de l’engagement et sa personnalité hors du commun ont fait de Jack un leader enthousiaste, expérimenté et efficace en plus d’être un fin négociateur et un grand rassembleur! Cher Jack, nous sommes convaincus que tous tes anciens partenaires, au niveau de ces projets, se joignent à nous pour te souhaiter une excellente retraite «sportive»!

Jean Bussières,
François Bilodeau,
Robert Dubreuil