Résidences privées pour aîné(e)s

Dans le Soleil, je lis deux informations. D’abord, une résidence privée pour aînés de Québec recherche des candidat(e)s pour combler des postes de: infirmier(e)s, préposé(e)s aux bénéficiaires, cuisinier(e)s, plongeur(euse)s, serveur(euse)s pour travail de jour, de soir, de fin de semaine. Ce recrutement apparaît urgent. Dans la même parution, Le Soleil nous informe qu’un responsable d’une résidence pour aînés de Sainte-Foy est formellement accusé d’avoir engagé neuf travailleurs illégaux. Il semble que ce soit l’Agence des services frontaliers du Canada qui enquêtait depuis plusieurs mois sur la présence de travailleurs sans permis de travail dans cette résidence. S’il est reconnu coupable de l’infraction qu’on lui reproche, le responsable de la résidence s’expose à une amende maximale de 50 000$ et à un emprisonnement maximal de deux ans. Rien n’indique que le ministère provincial responsable de l’encadrement des résidences pour aînés soit intervenu dans cette histoire. Aucune information provenant du propriétaire de la résidence fautive. Est-il un truand ou est-il étouffé par la lourdeur des démarches administratives permettant d’embaucher un immigrant?

Yvon Dubuc

Québec

+

UNE SOLUTION POUR LE TRAFIC

Pourquoi ne pas récompenser les gens qui déménagent plus près de leurs emplois? Combien de personnes demeurent à l’extérieur et travaillent à Québec, certains restent dans l’est de la ville et travaillent à l’autre bout dans l’ouest et vice versa. Tous ces gens qui restent sur la rive sud et travaillent au centre-ville de Québec et d’autres qui demeurent à Beauport et travaillent à Sainte-Foy... Il me semble qu’on pourrait faire quelque chose! Une petite subvention, un programme qui amènerait les gens à demeurer plus près de leur emploi... ce serait bon pour l’environnement et pour le trafic.

Doris Bouchard

Québec