Rentrée parlementaire: la défense des plus vulnérables est la priorité

À l’aube de la reprise des travaux parlementaires à l’Assemblée nationale du Québec, je tiens à féliciter ces femmes et ces hommes qui seront à Québec et qui y investiront temps et énergie pendant les quatre prochaines années pour faire vivre notre démocratie. Par le fait même, Oxfam-Québec demande aux chefs de partis, et notamment au premier ministre du Québec, François Legault, d’incarner cette démocratie en défendant les plus vulnérables de notre société.

Le silence des plus démunis peut porter à les oublier, mais les inégalités augmentent sans cesse au Québec, et nous savons qu’elles affectent davantage les femmes et les enfants, qui sont les premiers à subir les conséquences des coupes budgétaires répétées des dernières années en matière de santé et d’éducation notamment. C’est entre autres une des raisons qui nous motivent à promouvoir et demander des politiques publiques qui assurent l’égalité des chances, notamment par des mesures fiscales qui ne pénalisent pas systématiquement les femmes et les enfants et qui assurent une meilleure redistribution de la richesse.

L’accès universel et équitable à des services publics de qualité tels l’éducation, la santé et les services de garde diminue les inégalités et réduit la pauvreté et c’est pourquoi Oxfam-Québec fait de la justice fiscale une de ses priorités. Comme nous le savons, la justice fiscale c’est aussi la lutte contre les paradis fiscaux et nous sommes encouragés par l’engagement de la Coalition avenir Québec à continuer la lutte contre les paradis fiscaux et l’invitons à joindre nos efforts. Cette priorité, ce n’est pas seulement celle d’Oxfam-Québec puisque, selon le collectif Échec aux paradis fiscaux, plus de 80 % des Québécoises et Québécois jugent inacceptable le recours aux paradis fiscaux, que ce soit par des contribuables ou par des entreprises.

L’égalité des femmes et des filles est au cœur des priorités et des actions d’Oxfam-Québec et nous suivons de près leur progression au sein de notre société. En ce sens, la décision de confier la responsabilité des dossiers liés à la Condition féminine à la ministre de la Justice attire notre attention. Bien que nous aimerions y voir une bonne nouvelle, nous ne pouvons rester silencieuses au sujet du cumul des responsabilités. 

Les enjeux préoccupants du mouvement #MeToo, les écarts salariaux persistants entre les hommes et les femmes, le visage féminin de la pauvreté et le manque de parité dans les instances de décision sont des enjeux qui exigent un leadership et des ressources adéquates rapidement. Pour ces femmes que notre société ne peut laisser tomber, la ministre de la Justice aux multiples responsabilités, MSonia Lebel, aura-t-elle les coudées franches pour hisser les droits et l’égalité des femmes au sommet de ses priorités?

Bien que nous saluons la composition à parité du premier conseil des ministres de François Legault, nous soulignons que seulement deux femmes occuperont un poste de directrice d’un cabinet ministériel à Québec, alors que 24 hommes se sont vu confier cette responsabilité. Sachant que les hautes directions gouvernementales ont aussi un énorme poids dans la prise de décisions, nous invitons le premier ministre à écrire l’histoire du Québec en démontrant que la parité est une véritable priorité. Qui se projette dans l’avenir ne se contente pas du statu quo. 

Oxfam-Québec met en œuvre des projets de développement durable et intervient en situation de crise humanitaire grâce, en partie, au soutien et à la collaboration du gouvernement du Québec depuis plus de 25 ans. Pensons notamment au récent tremblement de terre en Indonésie et à l’appui continu que nous offrons aux populations les plus vulnérables. Nous croyons que notre pouvoir d’influence dans la résolution des conflits passe notamment par une collaboration entre les ministères puisque l’aide aux populations vulnérables n’est pas que la responsabilité d’un seul ministère.

À travers les années, le Québec a su se tailler une place enviable à l’international en développant une approche basée sur nos valeurs d’équité, de respect des droits, de solidarité et d’égalité des genres. Toutefois, ce rôle semble absent du discours actuel du gouvernement. À ce chapitre, nous offrons notre collaboration à la nouvelle ministre des Relations internationales et de la Francophonie, madame Nadine Girault, pour nous assurer que le Québec continue de faire une place de choix dans ses actions de solidarité avec les populations vulnérables, en particulier dans la francophonie.

Enfin, nous devons collectivement continuer notre marche vers un Québec équitable et inclusif afin que la pauvreté et l’exclusion soient chose du passé. Oxfam-Québec assure le premier ministre du Québec et son conseil des ministres qu’ils pourront trouver en nous une alliée s’ils souhaitent poursuivre le travail.

Denise Byrnes, Directrice générale, Oxfam-Québec